Les universités Rennes 1 et Rennes 2 restent amies

EDUCATION Après l’abandon du projet de fusion, les deux facs font leur rentrée commune…

Camille Allain
— 
L'université Rennes 2, ici le campus de Villejean, accueille 23.000 étudiants cette année.
L'université Rennes 2, ici le campus de Villejean, accueille 23.000 étudiants cette année. — C. Allain / 20 Minutes

Quelques mois après une séparation houleuse, le couple universitaire rennais a renoué contact à l’occasion de la rentrée des classes ce mardi. Le projet de fusion enterré, les deux présidents ont tenu à rappeler que les deux universités restaient amies. « Deux institutions comme les nôtres ne peuvent pas être fâchées, ça n’a pas de sens. Nous n’allons pas rester chacun dans notre coin », clame Olivier David, nouveau président de Rennes 2 qui a remplacé en avril Jean-Emile Gombert, démissionnaire.

L’université Rennes 2 ne veut pas de la fusion

Même le président de Rennes 1 Guy Cathelineau, fervent défenseur de la fusion, semble avoir tiré un trait sur le mariage des deux facs. « Il n’est pas question de rupture. La coopération des deux établissements est vitale pour rayonner au niveau métropolitain, régional et même national », assure Guy Cathelineau.

Quel avenir pour les deux facs ?

Il n’empêche, la volonté de Rennes 2 de ne pas fusionner pourrait coûter cher. Déjà recalées du label Idex (Investissement d’avenir, initiatives d’excellence), les universités de l’Ouest espéraient profiter du rapprochement de Rennes pour convaincre le jury de lui accorder des millions.

« On nous avait notamment reproché des difficultés de gouvernance. Sur ce volet, on a encore bien du travail à faire », reconnaît Guy Cathelineau. Signe de leur bonne volonté, les deux facs assurent d’ailleurs travailler à l’élaboration de la prochaine Comue, communauté d’universités qui verra un rapprochement entre la Bretagne et les Pays de la Loire.

Des effectifs en hausse

L’abandon de la fusion ne semble pas pour autant perturber les élèves, toujours plus nombreux à solliciter les facs rennaises. Au 30 juin, Rennes 1 comptait 27.733 étudiants inscrits, contre 26.806 à la même époque l’an passé. « Les effectifs progressent chaque année de 2 %. Nous avons surtout des poussées en sciences où certaines filières explosent. On a travaillé pour ça, donc on ne s’en plaint pas », explique Guy Cathelineau.

Je sais même pas ou est le bâtiment L… Je vais jouer a Dora l exploratrice #jeviensdapprendrequelarentreeestdemain #rennes2
— 1 year (@pasdID35) 31 Août 2015

Egalement en progression, Rennes 2 devrait de son côté accueillir 23.500 étudiants, contre 23.000 l’an dernier. « Je n’ai pas l’impression que l’abandon de la fusion ne soit un objet d’inquiétude pour les familles. Je pense que les nouveaux arrivants sont plus préoccupés par la taille du campus ou la vie étudiante que par la gouvernance », avance Olivier David. Le président de Rennes 2 a d’ailleurs rappelé que les priorités étaient ailleurs. « Notre établissement est dimensionné pour accueillir 16 à 17.000 étudiants. Nous devons gérer cette capacité au mieux dans un contexte financier contraint », conclut le président de Rennes 2.