En Bretagne, l’enseignement privé a trouvé son rythme

EDUCATION La majorité des écoles de la région applique déjà la semaine des quatre jours et demi…

Camille Allain
— 
Illustration d'un école élémentaire, ici à Rennes.
Illustration d'un école élémentaire, ici à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

En Bretagne, l’enseignement privé accueille près de 40 % des élèves. Une particularité qui place la région en tête au niveau national, bien au-dessus de la moyenne française (16,8 % en 2013). Très puissante, l’école privée ne fait pas pour autant la forte tête et se plaît à suivre le réseau public, y compris dans son organisation. Alors qu’au niveau national moins de 10 % des écoles privées appliquent les nouveaux rythmes scolaires, ce sont ainsi 64 % des effectifs du privé qui feront leur rentrée avec la semaine de quatre jours et demi ce mardi.

« Le blocage est souvent financier »

« Nous sommes les plus avancés sur ce dossier », confirme Jean-Loup Leber. Le directeur de l’enseignement diocésain a d’ailleurs toujours soutenu la réforme. « Nous avons toujours invité nos établissements à y passer parce que ces nouveaux rythmes respectent l’enfant. Malheureusement, le blocage est souvent financier », regrette Jean-Loup Leber.

A Rennes en revanche, la rentrée 2015 se fera encore à quatre jours, alors que l’enseignement privé s’était dans un premier temps dit prêt à s’accorder avec le public. « Il n’y a pas d’éléments nouveaux dans ce dossier. Je ne suis pas sûr que ça bouge de nouveau », admet le directeur diocésain, un brin résigné. Saint-Malo et Fougères passeront pourtant aux quatre jours et demi, mais pas à Vitré, où le maillage de l’école privée est très dense.

Des effectifs stables

Près de 80.000 élèves seront scolarisés dans l’enseignement catholique en Ille-et-Vilaine. Un chiffre stable par rapport à 2014, malgré l’essor démographique du département. C’est surtout l’école publique qui semble capter les nouveaux arrivants.