Bretagne: Une rentrée en rangs serrés dans les lycées publics

EDUCATION Le syndicat Snes-FSU réclame la construction d’autres établissements…

Jérôme Gicquel
— 
Les effectifs sont à la hausse dans les lycées bretons, comme ici à Rennes.
Les effectifs sont à la hausse dans les lycées bretons, comme ici à Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

L’heure de la rentrée a sonné pour les 167.735 collégiens et lycéens bretons scolarisés dans le public qui vont reprendre dès ce mardi le chemin de l’école. Si les effectifs baissent dans les collèges (-600 élèves), la situation est plus tendue pour les lycées bretons qui vont accueillir près de 1.500 élèves de plus par rapport à la rentrée 2014. « Et ce ne sont que des prévisions du rectorat qui sont souvent sous-évaluées », s’inquiète Gwenaël Le Paih, secrétaire général du Snes-FSU Bretagne.

Conséquence de cette poussée des effectifs, de nombreux lycées bretons sont arrivés à saturation, notamment dans le bassin de Rennes et dans l’agglomération vannetaise. « C’est bien simple, il n’y a plus de place dans les lycées publics. On va être à 36 ou 37 par classe dans certains établissements à la rentrée. Du coup, les parents se tournent vers le réseau privé », indique Gwenaël Le Paih. En Ille-et-Vilaine, l'enseignement privé devrait ainsi scolariser près de 31.000 lycéens cette année, soit 800 de plus que l'an dernier.

Pas de nouveau lycée avant au moins 2019

Dénoncée par les syndicats, cette situation ne devrait pourtant pas s’améliorer de sitôt. Décidée mi-juin, l’implantation d’un nouveau lycée à Liffré, au nord-est de Rennes, ne sera effective qu’à la rentrée 2019. Pour celui de Ploërmel, au cœur d’une vive polémique depuis plusieurs mois, il faudra sûrement attendre encore plus longtemps tant le dossier traîne.

« Ce sera pour nous l’un des enjeux de l’élection régionale de décembre car il y a urgence à construire de nouveaux lycées », souligne Gwenaël Le Paih. La construction d’un nouveau lycée dans l’agglomération serait ainsi envisagée par la région mais à plus long terme.