Bretagne: Opposés au puçage, des éleveurs s'attaquent aux Vieilles Charrues

FESTIVAL Le festival va mettre en place le paiement dématérialisé...

Camille Allain

— 

Les Vieilles Charrues, ici lors de l'édition 2013.
Les Vieilles Charrues, ici lors de l'édition 2013. — Fred Tanneau AFP

Premier gros festival à se lancer dans le paiement 100 % dématérialisé, les Vieilles Charrues ne s’attendaient sans doute pas à recevoir une telle réaction. Dans une lettre publiée mercredi et repérée par Le Télégramme, le collectif Faut pas pousser Monts d’Arrée, « une poignée d’éleveurs et d’éleveuses, soutenus par quelques complices » a dénoncé l’initiative du festival de dématérialiser le paiement. Avec leur nouveau système baptisé Moneiz, les Vieilles Charrues équiperont tous les festivaliers d’un bracelet où sera crédité de l’argent pour se payer à boire ou à manger.

« Comme de vulgaires cobayes »

Une initiative pas du goût du collectif d’éleveurs, déjà engagé dans la lutte contre le puçage électronique de leurs animaux. « Nous refusons dans cette obligation, un modèle de gestion industriel de nos troupeaux », expliquent-ils. Aux Vieilles Charrues, les éleveurs craignent « d’être encore une fois considérés comme de vulgaires cobayes lors de ce festival » et dénoncent l’attitude des fabricants de puces « qui espérent voir l’usage du bracelet se généraliser à l’ensemble de ce genre d’évènements ».

Les Vieilles Charrues sans un sou en poche

Avec ce nouveau système, les organisateurs du festival espèrent quant à eux mettre fin « au comptage fastidieux de monnaie, aux files d’attentes interminables ainsi qu’à la perte de carte bleue ou de porte-monnaie ». Le collectif d’éleveurs craint lui que « chaque festivalier soit potentiellement étudié par le prisme de sa consommation sur le site ».

Le festival des Vieilles Charrues se déroule du 16 au 19 juillet à Carhaix. Sont programmés Muse, Prodigy, The Chemical Brothers, Tom Jones, The Do, Joan Baez, Flume…