Tour de France: Rennes s'offre un joli coup de pub

SPORTS La capitale bretonne accueille le 11 juillet le départ de la 8e étape du Tour de France cycliste…

Camille Allain

— 

Tom Boonen lors du contre-la-montre du Tour de France 2006 dont l'arrivée avait lieu à Rennes.
Tom Boonen lors du contre-la-montre du Tour de France 2006 dont l'arrivée avait lieu à Rennes. — Franck Fife / AFP

« Le Tour de France est l’un des événements les plus populaires qui est diffusé dans le monde entier. Cela veut dire que les images du départ à Rennes seront visibles partout. Pour nous c’est une belle manière de faire connaître notre ville ». Adjoint aux sports, Yvon Léziard est évidemment ravi de voir la 8e étape du Tour s’élancer de Rennes le 11 juillet pour s’achever à Mûr-de-Bretagne. Très suivi, l’événement permettra d’attirer les regards vers la capitale bretonne. « Nous avons défini un parcours qui permettra de mettre en valeur le patrimoine, mais aussi les nouveautés comme le mail François Mitterrand ou le Fonds régional d’art contemporain », poursuit l’élu.

78.000 euros le ticket d’entrée

Le ticket d’entrée, facturé 78.000 euros et critiqué pour son montant par les élus d’Europe-Ecologie Les Verts, devrait cependant être rapidement amorti. « L’organisateur (Amaury Sport Organisation) nous a dit qu’il n’y aurait plus une seule chambre d’hôtel de disponible à 100 km à la ronde », poursuit l’adjoint aux sports. Le départ de cette huitième étape devrait en plus attirer des dizaines de milliers de spectateurs à Rennes et dans les environs. « Nous ne savons pas exactement combien. Nos services de secours sont dimensionnés pour plus de 60.000 personnes », assure Cyrille Morel, en charge de la sécurité des événements. Une aubaine pour les restaurants et commerces de la ville.

 

Le 11 juillet, la manifestation mobilisera également plus de 4.500 personnes et 250 véhicules circuleront sur les 7,5 km du parcours. Bercés par la voix du journaliste Eric Fottorino, qui remplace l’historique Jean-Paul Ollivier, les téléspectateurs du monde entier se feront conter Rennes, avec des vues imprenables saisies depuis l’hélicoptère. Et sans doute apercevoir quelques grues, perchées dans le ciel, que l’on espère dégagé ce jour-là. Ce serait là-aussi un joli coup de pub pour le si décrié climat breton.