Coup de filet en Bretagne: Les dealers se faisaient passer pour des garagistes

FAITS DIVERS La gendarmerie a interpellé douze personnes soupçonnées d’alimenter un trafic de stupéfiants…

Camille Allain
— 
Illustration d'une saisie de résine de cannabis par la police de Rennes en 2015.
Illustration d'une saisie de résine de cannabis par la police de Rennes en 2015. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Voilà plusieurs mois que la section de recherche de la gendarmerie de Rennes observait à la loupe les mouvements autour d’un garage automobile installé à Fougères (Ille-et-Vilaine). Les enquêteurs soupçonnaient les occupants de mener un important trafic de stupéfiants. Mercredi, une vaste opération mobilisant une centaine d’agents a permis d’interpeller douze personnes, principalement les organisateurs du trafic et leurs gros clients. Le GIGN a même été appelé pour interpeller l’une des têtes du réseau, connu pour être armé et dangereux.

Des millions d’euros

Le faux garage automobile servait en fait de plaque tournante pour écouler la cocaïne, l’héroïne, la résine de cannabis et l’herbe. Le montant de la marchandise pouvait atteindre « plusieurs dizaines de milliers d’euros », selon la gendarmerie qui précise que le trafic « perdure depuis quelques années, et représente un volume total de transactions d’une valeur de plusieurs millions d’euros ».

L’argent réinvesti dans les chevaux de course

Lors des perquisitions, des produits stupéfiants (cocaïne, héroïne, cannabis) ont été découverts ainsi que des liquidités et des armes. Les gendarmes ont également saisi des comptes bancaires, près d’une dizaine de véhicules. Des opérations de blanchiment d’argent, notamment via des transactions sur des chevaux de course, ont également été mises au jour. Les douze personnes interpellées sont actuellement en garde à vue.