Stade Rennais: Les Hermines Rouges, le kop à vocation familiale

FOOTBALL Le groupe de supporters organise une Journée portes ouvertes, le samedi 20 juin...

Jeremy Goujon

— 

Les Hermines Rouges espèrent attirer un maximum de personnes.
Les Hermines Rouges espèrent attirer un maximum de personnes. — HR

Né en septembre 2014, le club de supporters « Hermines Rouges » ambiancera, la saison prochaine, la tribune Ville de Rennes bas du nouveau Roazhon Park. Son but ? Animer de façon familiale l’enceinte du Stade Rennais, en complément des groupes de fans déjà existants.

Un Anglais à Rennes

A la tête de l’association, on retrouve John Gray, Londonien installé en Ille-et-Vilaine depuis 2007 et professeur d’anglais dans la capitale bretonne. Le cousin multilingue de John Gregory, ancien international au sein des Three Lions, avait servi d’interprète au SRFC lors de la campagne européenne de 2011 (Udinese, Atlético Madrid, Celtic Glasgow).

Contacté par René Ruello en personne, il raconte la genèse des Hermines Rouges. « Le président m’a dit : “Ce ne serait pas mal de relancer la Tribune Rouge”, révèle John Gray. Après réflexion, je me suis dit que je ne pouvais pas débarquer avec le nom d’un projet qui existait déjà. Je devais donc prendre un autre nom, qui évoque nos racines bretonnes. D’où “Hermines Rouges”. »

Un espace pour eux

Celui qui est aussi supporter de Basingstoke Town (D6 anglaise) est alors rapidement rejoint par Ludovic Lucas, ancien membre du Roazhon Celtic Kop (RCK), « pour essayer de construire quelque chose. C’était difficile, car on cherchait notre identité parmi les groupes de supporters. Dans le courant de l’année, on s’est rendu compte que notre approche devait être familiale. »

Placés temporairement dans le virage consacré, en tribune Lorient (zone qui n’existera plus en 2015-2016), les nouveaux venus migrent ensuite en tribune Ville de Rennes bas, à proximité d’« Allez Rennes », le plus ancien groupe de supporters rennais (créé en 1962). Pas forcément l’idéal pour se distinguer du lot... Du coup, John Gray et ses acolytes seront positionnés, à la rentrée, à hauteur du poteau de corner. « On sera ainsi à l’écart d’Allez Rennes et des ultras du Red Black Roazhon (RBR), afin d’avoir notre propre espace. »

Un groupe pas comme les autres

De quoi satisfaire Ludovic Lucas, devenu secrétaire général d’un collectif pour le moins original, dont la Journée portes ouvertes se déroulera ce samedi, de 15 h à 17 h, à son nouvel empacement. « On voulait vraiment se différencier des autres kops, affirme le parolier de l’hymne des Hermines Rouges [voir video ci-dessus]. On est “non-ultras”. C’est bête à dire, mais aujourd’hui, le mot “ultra” fait peur aux familles. Nous, on ne s’investit pas dans des chants qui incitent à la haine, mais dans des chants fédérateurs. Si on arrive à remplir la soixantaine de places allouée [quatre rangées de quinze], ce sera très bien. »

Après un exercice 2014-2015 « pris en cours de route », les Hermines Rouges vont donc tenter de transformer l’essai. « Ça nous a permis de prendre la température du stade. Maintenant, on est armés pour faire venir du monde. »