Stade Rennais: Ermir Lenjani, un «intrus» pas si gênant

FOOTBALL L'international albanais s'est encore mis en évidence contre la France...

Jeremy Goujon

— 

L'Albanais Ermir Lenjani (en blanc) aura causé des misères aux Bleus.
L'Albanais Ermir Lenjani (en blanc) aura causé des misères aux Bleus. — D. Vojinovic / AP / Sipa

L’équipe de France inspire décidément Ermir Lenjani. L’international albanais avait tapé dans l’œil du Stade Rennais en novembre 2014, quand sa sélection était repartie du futur Roazhon Park avec un bon nul dans la besace (1-1).

Le gâteau sans la cerise

Sept mois plus tard, les partenaires de Lorik Cana ont fait mieux en terrassant de pâles Bleus (1-0). S’il n’a pas inscrit le but de la victoire, Lenjani, aligné comme au match aller sur le côté gauche de l’attaque… rouge et noire, a failli devenir un héros national, samedi. Il aurait fallu pour cela ne pas vendanger une énorme occasion face à Hugo Lloris (29e)…

Malgré ce raté, l’ancien membre de Saint-Gall est à créditer d’une prestation intéressante, à même (peut-être) de faire changer d’avis René Ruello. Il y a trois semaines, le président du SRFC avait en effet qualifié l’intéressé d’« erreur de casting ».

Suspendu puis blessé

Embauché au mois de janvier pour pallier l’absence de Cheikh M’Bengue, parti à la CAN, Ermir Lenjani n’a toutefois pas été gâté depuis son arrivée en Bretagne. Le carton rouge reçu en Coupe de la Ligue à Bastia, pour sa toute première apparition, ne lui avait d’abord pas permis, suspension automatique oblige, de remplir sa tâche.

Blessée dans la foulée, la recrue hivernale dut ensuite se contenter de miettes avec le retour du latéral sénégalais… avant d’être de nouveau sur le flanc. Par conséquent peu utilisé par Philippe Montanier, Lenjani s’est rappelé au bon souvenir de son entraîneur, ce week-end.

Un coup à jouer à Rennes

Sa polyvalence pourrait d’ailleurs lui offrir davantage de temps de jeu la saison prochaine, puisque, si le club breton a engagé l’arrière gauche Ludovic Baal, rien ne dit que M’Bengue et (surtout) Paul-Georges Ntep demeurent Rennais. En cas de place à prendre, ce sera alors à l’Albanais de saisir sa chance.