Rennes: Sur le mail, l'ancien Charleston danse toujours

URBANISME La ville et le groupe Lamotte ont attribué le projet de réhabilitation de l'îlot au cabinet Barré Lambot...

Camille Allain

— 

Une image du projet des architectes retenus.
Une image du projet des architectes retenus. — Barré Lambot Architectes

Voilà plus de dix ans que le cabaret Le Charleston a fermé. Situé à la confluence de l’Ille et de la Vilaine, l’ensemble de bâtiments va être entièrement repensé par le groupe Lamotte et le cabinet d’architectes Barré Lambot.

« Il y avait plusieurs propriétaires, c’était compliqué de faire en sorte que tout le monde s’entende », explique Jean-Marc Trihan, président de Lamotte. Pour accélérer le dossier, la ville s’est emmêlée et a préempté certaines propriétés. Avec l’inauguration du nouveau mail, la livraison de l’immeuble Jean Nouvel et le projet de mise en valeur des Portes Mordelaises, les fenêtres murées de parpaings et la vieille enseigne du club commençaient à faire tache dans le paysage.

Une piscine sur le toit ?

Dans l’îlot, seul l’immeuble du XIXe siècle en briques rouges situé à l’angle du mail sera conservé. Le reste sera démoli pour faire place à du logement et quelques commerces en rez-de-chaussée. Trente-cinq appartements flambant neufs répartis dans quatre bâtiments viendront donner un nouveau visage à ce secteur très passant. « On sera sur du haut de gamme, probablement vendu entre 5.000 et 7.000 euros le m² », poursuit le responsable de Lamotte.

Dans ce projet chiffré à plus de dix millions d’euros, le cabinet d’architectes retenu a même fait des propositions étonnantes. Sur l’immeuble de sept étages, le cabinet a imaginé « un solarium sur le toit et peut-être une ligne de nage », selon Philippe Barré. De quoi rendre jaloux les habitants des tours des Horizons, hautes de 99 mètres et situées à deux pas. Le chantier sera lancé en 2017 pour une livraison espérée fin 2018.