Rennes: Le vélo n’est pas vraiment à la fête sur le mail François Mitterrand

TRANSPORTS L’association Rayons d’Action s’est retirée de l’organisation pour protester contre l’absence d’aménagement…

Camille Allain
— 
Sur le mail François Mitterrand, on ne trouve pas de piste cyclable.
Sur le mail François Mitterrand, on ne trouve pas de piste cyclable. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Déjà réservée pour la marche des Fiertés, l’esplanade de Gaulle ne pourra pas accueillir la Fête du vélo cette année. Une aubaine pour la ville, qui a décidé de faire migrer la fête vers le nouveau mail François Mitterrand tout juste inauguré et qu’elle cherche à animer. Une décision a priori anodine qui a pourtant fâché l’association Rayons d’Action.

Très investis dans la pratique du vélo au quotidien, les membres de l’association avaient eux-mêmes créé la Fête du vélo en 2006. Mais cette fois-ci, l’événement se fera sans eux. « Le lieu ne nous convient pas vraiment. Mais surtout, on refuse de faire la promotion d’un aménagement qui ne prend pas en compte les cyclistes », justifie Thomas Rohmer, président de Rayons d’Action.

Aucune piste cyclable sur le mail

Inauguré vendredi dernier, le mail et ses dizaines de mètres de large n’accueillent en effet pas de piste cyclable. « Soit on se met avec les bus et les voitures et on gêne, soit on roule sur l’espace piéton mais ce n’est pas l’idéal », poursuit Thomas Rohmer. Compte tenu de la largeur de l’artère, la circulation à vélo n’est pas catastrophique mais on se retrouve vite à slalomer entre les piétons, les poussettes et même les déambulateurs. « Le mail est un lieu de promenade, de déambulation. Tous les usages doivent pouvoir cohabiter, d’autant que ce n’est pas un axe principal de passage pour les cyclistes », répond Sébastien Sémeril, adjoint en charge de l’urbanisme.

La Fête du Vélo à #Rennes c’est le 6 juin et le programme complet est par là : http://t.co/31YmlkqvyU pic.twitter.com/mODZQ6sWD3
— Élu-e-s écolo Rennes (@ElusEcoloRennes) 2 Juin 2015

 

Ce que regrette l’association c’est que ses remarques n’aient pas été prises en compte au moment de l’aménagement. « Le problème à Rennes comme dans beaucoup de villes, c’est la continuité. Ici, c’est pareil. Quand on arrive sur le mail, on ne sait pas où aller », détaille le président de Rayons d’Action. « Il y avait pourtant la place ».

Pour faciliter la prise en compte de tous les modes de déplacement, la ville et Rayons d’Action travaillent d’ailleurs sur un schéma directeur censé lister les bonnes pratiques à adopter. « Nous faisons la différence entre la pratique du vélo comme mode de déplacement, qui doit être rapide pour rester crédible, et comme moyen de promenade », poursuit Sébastien Sémeril. Le mail rentre donc dans la deuxième case.