LNH: Cesson-Rennes ne veut plus entendre parler d'exploit

Handball Les Irréductibles voudraient être considérés autrement dans le championnat de France...

Jeremy Goujon

— 

Sylvain Hochet (en bleu) et les Irréductibles cessonnais auront «montré de belles choses» durant la saison 2014-2015.
Sylvain Hochet (en bleu) et les Irréductibles cessonnais auront «montré de belles choses» durant la saison 2014-2015. — P. Riou / Cesson-Rennes Métropole HB

Cesson et sa salle devenue obsolète, Cesson et son budget riquiqui… Toujours catalogué comme le Petit Poucet de la LNH, le club breton fait pourtant partie des meubles.

L’effet de surprise est dépassé

Installés depuis six saisons en D1, les Irréductibles pourraient boucler l’exercice en cours à la 7e place, comme en 2013 et 2014, en cas de victoire face à Nîmes, jeudi soir (20 h 45). Quart de finaliste de la Coupe de France, la formation de Yérime Sylla a certes manqué le coche lors du Final Four de la Coupe de la Ligue, où la malchance s’en est mêlée.

Malgré cette « désillusion », le Cesson-Rennes Métropole HB aura « marqué les esprits », estime Sylvain Hochet. Dans son bilan de la saison, visible sur le site du club, le capitaine bretillien tient d’ailleurs à mettre les choses au clair. « Nous avons su prendre des points importants face à de bonnes équipes, même si maintenant, nous aimerions ne plus entendre que ce sont des exploits. Ce n’est pas la première année que nous faisons des résultats face à Chambéry, Saint-Raphaël… »

De possibles récompenses aux Trophées LNH

L’ailier gauche aurait pu ajouter le succès inaugural à Dunkerque (21-22), encore champion de France en titre pour quelques heures, ou le nul méritoire décroché contre Montpellier (27-27), alors que les Héraultais possédaient sept longueurs d’avance à 15 minutes de la fin... Deux adversaires prestigieux que le CRM avait, en tout cas, déjà battus : les Nordistes en 2011, le MAHB en 2012 et 2013.

La présence du pivot Mathieu Lanfranchi au Hand Star Game, la nomination de ce dernier au titre de meilleur joueur à son poste, ainsi que le « kung-fu » d’Hochet à Chambéry (dans le Top 5 des plus beaux buts du championnat), devraient finir par convaincre les plus sceptiques. Oui, Cesson a bien grandi.