Outreau: Pourquoi le procès de Daniel Legrand fils fait polémique

JUSTICE Acquitté en 2004 à Saint-Omer puis en 2005 à Paris, Daniel Legrand comparaît ce mardi devant les assises pour des viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans…

Jérôme Gicquel

— 

Daniel Legrand fils (au centre) et son avocat Maître Dupont-Moretti.
Daniel Legrand fils (au centre) et son avocat Maître Dupont-Moretti. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

«Je suis venu pour défendre mon honneur. Je n’ai rien fait dans cette affaire et je vais me défendre face à des gens que je ne connais même pas. Cela fait beaucoup pour un innocent.» A quelques minutes de l’ouverture de son procès devant la cour d’assises des mineurs d’Ille-et-Vilaine, Daniel Legrand fils se sent «plutôt serein et confiant».

Le plus jeune des treize acquittés dans l’affaire de pédophilie d’Outreau va comparaître pendant trois semaines pour des viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans en réunion. Daniel Legrand fils aura face à lui Jonathan Delay, l’un des quatre fils du couple Thierry Delay-Myriam Badaoui, condamnés en 2004 à 20 et 15 ans de réclusion pour avoir violé leurs enfants avec un couple de voisins.

Jonathan Delay s’est constitué partie civile dans cette affaire. - J. Gicquel/APEI/20 Minutes

 

«On a cherché à éviter que ce procès se tienne»

Jonathan Delay s’est constitué partie civile dans cette affaire avec deux de ses frères, Cherif et Dimitri, absents lors de l’ouverture du procès. «Ces enfants sont d’authentiques victimes et c’est bien normal qu’il y ait un procès. On a cherché à éviter que ce procès se tienne mais il faut maintenant que la justice soit rendue. Je suis d’ailleurs stupéfait qu’on fasse un procès du procès», assure Maître Léon Lef-Forster, avocat de Cherif Delay.

«Le fait d’être jugé n’est pas une opprobre. La question n’est pas de refaire le procès de Daniel Legrand pour lequel il a été acquitté. C’est un nouveau procès pour des faits qui n’ont pas encore été jugés. Car tout n’a pas été dit dans cette affaire», poursuit-il.

«Un procès qui n’a aucun sens» selon Me Dupont-Moretti

Avocat de Daniel Legrand, le ténor du barreau Eric Dupont-Moretti dénonce quant à lui un «procès qui n’a aucun sens». «Nous n’avons pas à défendre l’innocence de Daniel Legrand car elle est acquise. Cette affaire n’a que trop duré et cela va être l’occasion de remettre les pendules à l’heure», affirme Me Dupont-Moretti, mettant au passage en cause le syndicat FO-Magistrats et l’association de protection des enfants Innocence en danger qui ont relancé l’affaire en juin 2013. «Que cherche-t-on dans ce procès ? A raviver les plaies ? A faire mal à des gens qui ont déjà trop souffert ? C’est vraiment scandaleux. Daniel Legrand veut maintenant qu’on le laisse en paix», poursuit Maître Julien Delarue, l’un de ses avocats.

Accusé d’avoir commis ses faits, encore jamais jugés, alors qu’il était mineur, Daniel Legrand fils encourt jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. Son procès va durer jusqu’au 5 juin devant la cour d’assises des mineurs de Rennes avec pas moins de 43 témoins et 12 experts qui vont être cités à la barre.