Affaire Maryvonne: Un député UMP veut faire changer la loi

POLEMIQUE La maison squattée de l'octogénaire a provoqué un déferlement de réactions...

Camille Allain
— 
La maison de Maryvonne Thamin rue de Châtillon à Rennes, squattée depuis 18 mois.
La maison de Maryvonne Thamin rue de Châtillon à Rennes, squattée depuis 18 mois. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

L’emballement médiatique autour de l’affaire Maryvonne s’est un peu calmé depuis l’annonce de la date du jugement devant le tribunal de Rennes. Le 22 mai, la justice devra décider ou non de l’expulsion des personnes squattant la maison de cette octogénaire qui ne peut regagner sa maison après l’avoir délaissée plusieurs années. Mais sur le terrain politique, l’affaire continue de faire des remous.

Vendredi, le député UMP du Vaucluse Julien Aubert a annoncé avoir déposé une proposition de loi « pour défendre le droit de propriété et créer un délit d’occupation sans droit ni titre ». Le texte aurait été signé par 40 députés du groupe UMP selon l’élu. Julien Aubert espère « protéger davantage le droit de propriété » et compléter la loi « en sanctionnant les comportements abusifs et les personnes de mauvaise foi ».

Et si le cas de Maryvonne faisait changer la loi ?

Le député demande notamment à ce que l’occupation sans droit ni titre d’un bien immobilier par tiers « soit punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000€ d’amende » et que les préfets « soient dans l’obligation de recourir à la force publique pour expulser les occupants sans droit ni titre d’un bien dans les 48 heures après la décision du juge ».

Début mai, le député UMP du Nord Marc-Philippe Daubresse avait également annoncé qu’il « déposerait prochainement à l’Assemblée nationale une proposition de loi ». A noter que la loi sur le droit au logement opposable a été adoptée en 2007 sous Jacques Chirac.