Bretagne: Un maire hongrois veut sauver la statue de Jean-Paul II de Ploërmel

SOCIETE La justice a ordonné à cette commune du Morbihan de démonter le monument religieux…

J.G. avec AFP

— 

La statue de Jean-Paul II est installée depuis 2006 sur une place publique de Ploërmel dans le Morbihan.
La statue de Jean-Paul II est installée depuis 2006 sur une place publique de Ploërmel dans le Morbihan. — DAVID ADEMAS/AFP

La statue de Jean-Paul II à Ploërmel dans le Morbihan continue de faire parler d’elle. C’est désormais un maire hongrois qui se propose de sauver le monument, qui doit être retiré du domaine public sur décision du tribunal administratif de Rennes. «Si la France, pays de la liberté, n'en veut pas, nous serions heureux de l'avoir ici, dans notre ville», a déclaré Jozsef Michl, maire de Tata, à 70 km au nord-ouest de Budapest.

La statue, érigée en 2006 à Ploërmel, s'accompagne d'une arche au sommet de laquelle est plantée une croix monumentale. C'est cet insigne religieux qui a été considéré début mai par la justice comme contrevenant à la fois à la Constitution française et la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat. La commune a six mois pour démonter le monument.

«C'est scandaleux que cela puisse arriver au XXIe siècle, comme s'il y avait un problème avec les racines chrétiennes de l'Europe», a ajouté Jozsef Michl, précisant qu'il avait envoyé une lettre proposant de «sauver» la statue au maire de Ploërmel un peu plus tôt cette semaine. La statue serait érigée dans un square baptisé du nom de l'ancien pape, a expliqué le maire, membre du parti populaire démocrate-chrétien, un des partenaires de la coalition actuellement au pouvoir menée par Viktor Orban.

Une chaîne humaine organisée samedi pour protéger la statue

Dans le même temps, un collectif s’est constitué pour dénoncer la décision de justice avec comme mot d’ordre «Touche pas à mon pape !». «Les Bretonnes et les Bretons doivent réagir pour protéger une statue qui fait partie de leur patrimoine religieux, Breton et Européen. Si aujourd’hui, l’Etat fait enlever la statue d’un Pape tant aimé des Bretons, demain, seront-ce nos calvaires que des associations voudront faire détruire?», s’interroge le collectif, qui appelle à former une chaîne humaine samedi après-midi «pour protéger la statue de Jean-Paul II».

«C’est de notre devoir de mémoire dont il s’agit. De notre passé, mais aussi de notre avenir, à l’heure où la religion catholique est persécutée, malmenée sur de nombreux territoires de la planète», ajoute le collectif. Une pétition mise en ligne pour défendre le monument religieux a pour l’heure recueilli plus de 19.200 signatures.­­