VIDEO. Maison squattée à Rennes: Maryvonne «est victime d'une situation intolérable» pour la mairie

POLEMIQUE Depuis des mois, la propriété de l'octogénaire est squattée... légalement...

Camille Allain

— 

L'avocate des occupants et un policier ont pu pénétrer dans la maison de Maryvonne, rue de Châtillon.
L'avocate des occupants et un policier ont pu pénétrer dans la maison de Maryvonne, rue de Châtillon. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le feuilleton de la maison de Maryvonne n'en finit pas. Après la prise de parole des occupants mardi, c'est au tour de la maire de Rennes de s'exprimer à propos de l'occupation de la propriété de l'octogénaire, située au 94 rue de Châtillon. Dans un communiqué, Nathalie Appéré juge Maryvonne «victime d'une situation intolérable». La maire estime que l'octogénaire est «privée de sa maison par des squatteurs qui utilisent toutes les ressources du droit pour l'empêcher de regagner son logement».

La ville propose un relogement

Mardi, les occupants, des «chômeurs, étudiants et précaires» au nombre d'une quinzaine, ont fait entendre leur voix, jugeant qu'ils n'avaient pas commis de violation de domicile. Nathalie Appéré s'inquiète en revanche de l'état de la maison de la vieille dame. «Ma crainte est que son domicile doive faire l'objet de travaux de remise en état qui repousseront d'autant son retour à la maison. Les propositions que nous lui avons faites pour un accompagnement, y compris pour un relogement, sont bien entendu toujours d'actualité», affirme la maire.

Retrouvez l'histoire de Maryvonne par ici

Depuis 2013, la mairie a plusieurs fois pris contact avec Maryvonne afin de l'alerter de l'occupation de sa maison. Ces échanges sont restés sans suite. La maire a également lancé «un appel au calme», alors qu'une manifestation est prévue devant la maison vendredi 8 mai. 

L'avocat de la vieille dame a sollicité une ordonnance d'expulsion auprès du tribunal qui devra statuer avant l'intervention des forces de l'ordre. Mardi, c'est le député UMP du Nord Marc-Philippe Daubresse qui a demandé une modification de la loi de 2007. Loi que son parti avait voté.