Située dans les Monts d'Arrée dans le Finistère, la centrale de Brennilis a fonctionné entre 1967 et 1985.
Située dans les Monts d'Arrée dans le Finistère, la centrale de Brennilis a fonctionné entre 1967 et 1985. — F. LEPAGE/SIPA

SECURITE

Bretagne: Brennilis n’en a pas fini avec sa centrale nucléaire

Démarré en 2011, le démantèlement partiel du site n’est toujours pas achevé...

Dans le Finistère, le feuilleton de la centrale de Brennilis n’est pas prêt de s’arrêter. A l’arrêt depuis 1985, le site nucléaire attend toujours d’être totalement démantelé. Une première phase de travaux avait démarré dès 1997 avant d’être stoppée quelques années plus tard. Un décret de 2006 avait ensuite autorisé le démantèlement complet du site mais le Conseil d’Etat l’avait annulé en 2007 sous la pression d’associations anti-nucléaires.

Le chantier est finalement resté bloqué pendant quatre ans avant de reprendre le 27 juillet 2011 suite à un décret gouvernemental autorisant le démantèlement partiel de la centrale, l’une des plus anciennes du parc nucléaire français. 

EDF veut toujours démanteler définitivement la centrale d’ici 2025

«Les travaux se poursuivent jusqu’à maintenant. Le décret n’autorise cependant que le démantèlement des deux échangeurs de chaleur, qui vient tout juste de s’achever, et celui de la station de traitement des effluents liquides qui va bientôt commencer», souligne Guillaume Bouyt, chef de la division de Caen de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, chargée de la surveillance du chantier.

Mais le gros du chantier reste encore à faire, notamment le démantèlement du bloc du réacteur nucléaire «qui concentre 90% de la radioactivité du site», précise Guillaume Bouyt. «Nous attendons maintenant que EDF dépose un nouveau dossier de démantèlement complet afin d’examiner la demande», ajoute-t-il. L’an dernier à la même période, Jean-Christophe Couty, directeur de la centrale, avait indiqué que l’objectif initial d’EDF était d’aboutir «à un démantèlement définitif de Brennilis d’ici 2025»