Bretagne: Christian Troadec se verrait bien à l’Elysée en 2017

POLITIQUE Le leader des Bonnets Rouges veut proposer un candidat régionaliste pour l’élection présidentielle…

J.G. avec AFP
— 
Christian Troadec,  maire de Carhaix (Finistère) et porte-parole des Bonnets rouges, à Morlaix le 8 mars 2014.
Christian Troadec, maire de Carhaix (Finistère) et porte-parole des Bonnets rouges, à Morlaix le 8 mars 2014. — Fred Tanneau AFP

Et si le prochain président de la République portait un bonnet rouge? Christian Troadec y croit en tout cas dur comme fer. Le maire divers gauche de Carhaix dans le Finistère et l'un des fondateurs du collectif des Bonnets rouges va entreprendre un tour de France des régions pour recueillir les promesses de signatures d'élus nécessaires pour proposer «un candidat régionaliste» à la présidentielle de 2017, a-t-il annoncé jeudi.

Christian Troadec commencera ses déplacements en quête des signatures la semaine prochaine en Alsace, «région sacrifiée dans le cadre de la réforme territoriale». «Il faut idéalement 700 promesses de signatures, je pense que c'est réalisable. Et après il faudra voir qui sera le candidat régionaliste à l'élection présidentielle», a-t-il dit. Pour se présenter à l'élection présidentielle un candidat doit pouvoir présenter 500 signatures d'élus venant de 30 départements différents.

Plus de poids aux régions pour sortir de la crise

Dans chaque région, le maire de Carhaix va rencontrer les formations régionalistes. Après l'Alsace il prévoit de se déplacer en «Catalogne, au Pays Basque, en Corse, en Occitanie». Il souhaite «que le poids des régions pèse sur la prochaine présidentielle et engage la France sur la voie d'une véritable régionalisation, seule solution possible pour sortir le pays de la crise profonde dans lequel il est englué», explique-t-il dans un communiqué.

«L'État Français, centralisé, au contraire de toutes les grandes nations européennes, est aujourd'hui sclérosé, replié sur lui-même et a peur de toutes les initiatives qui ne viennent pas de Paris», assure Christian Troadec, pour qui «la sortie de la crise passera par la régionalisation et le dynamisme des territoires dans le respect de leur identité».