CFA 2: «Renoncer n'est pas le style de la TA Rennes», selon le coach Jacques Le Normand

Interview Le deuxième club de la capitale bretonne accueillera samedi la réserve du Stade Rennais, pour un match de la plus haute importance...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

L'entraîneur de la TA Rennes Jacques Le Normand (de face) salue son homologue rennais Laurent Huard, avant le match aller en CFA 2.
L'entraîneur de la TA Rennes Jacques Le Normand (de face) salue son homologue rennais Laurent Huard, avant le match aller en CFA 2. — ROUGE Mémoire

Outre Rennes-Guingamp, un autre derby prendra place dans la cité rennaise, ce week-end. Aux ambitions diamétralement opposées, la TA Rennes et le Stade Rennais s'affronteront en effet en CFA 2, samedi à Salengro (16 h 30). Malgré la proximité entre les deux clubs, «il n'y aura pas de cadeaux», prévient l'entraîneur des Sangliers Jacques Le Normand.

Cela fait un peu cliché, mais considérez-vous les cinq derniers matchs de championnat comme autant de «finales» ?

Il y a vingt points pour aller chercher le maintien [une victoire vaut quatre points en CFA 2]. On est vraiment dans cette optique-là. Vingt points, c’est quand même beaucoup. Si on en prend déjà la moitié, combien Saint-Lô (premier non-relégable) en prendra ?

Le propre du sport est de relever des défis. Soit on est sportifs et l’objectif est de gagner le plus de matchs possible, soit on ne l’est pas et on renonce en se disant : «C’est fini, on descend». Mais ça, ce n’est pas le style de la maison. On va faire en sorte de prendre des points, même si la tâche sera difficile, je le sais.

Saint-Lô a un match de plus à disputer, donc plus d’unités à engranger…

Ils ont un petit avantage mathématique, c’est vrai, mais ils ont surtout l’avantage au goal-average particulier [Saint-Lô a battu deux fois la TA en championnat]. Cependant, il ne faut pas noircir complètement le tableau. Tant qu’il y a des points en jeu, il faut y croire. Ce n’est pas un discours utopique... Disons qu’il n’y a ni utopie, ni renoncement. Ce serait dommage de céder maintenant, en tout cas.

Si la TA Rennes est actuellement première relégable dans son groupe, elle pourrait quand même être sauvée en étant 12e à l’arrivée (sur 14)…

Pour l’instant, il y a trois descentes. Avec huit groupes de CFA 2, ça fait un total de vingt-quatre relégations… moins deux, puisque les deux meilleurs 12e sont maintenus [la TA est pour l’heure troisième meilleur 12e]. On calcule les points des équipes classées à ce rang en fonction de leurs matchs contre celles comprises, au final, entre la 7e et la 11e place. Aller-retour, ça fait donc dix rencontres. C’est un classement qui bouge en permanence, car le 7e de dimanche dernier sera peut-être le 4e du week-end prochain. Comme c’est très compliqué, il vaut mieux terminer 11e (sourire).

Le Stade Rennais ayant été récemment confronté à un casse-tête, vous avait-il demandé le report du derby programmé samedi ?

Oui, Landry Chauvin voulait savoir si on acceptait de modifier la date du match. On a refusé, non seulement en raison de notre challenge par rapport au maintien, mais aussi parce qu’une action en faveur de la Ligue contre le cancer est prévue ce jour-là. Il nous était donc impossible de changer. Landry l’a très bien compris, il n’y a pas eu de problème. C’est ensuite qu’il a trouvé un arrangement avec les dirigeants d’Auxerre, concernant le report du quart de finale de la Coupe Gambardella.

Le Stade Rennais et la TA Rennes sont désormais très proches…

Avant, il n’y avait rien. Maintenant, il y a quelque chose de palpable, oui. On se voit avec Landry au travers de réunions. J’avais déjà déjeuné avec Philippe Montanier, et on s’est revus lorsque le SRFC est venu s’entraîner chez nous. Mais il n’y aura pas de cadeaux pour autant, samedi.

J’ai assisté au dernier match de leur réserve contre Locminé (2-2). Ils menaient 2-0 à la mi-temps, et bizarrement, ils ont déjoué en seconde période. Ils ont ainsi perdu de précieux points pour la montée en CFA, et j’espère que la TA n'en fera pas les frais. Mais on va tout mettre en œuvre pour les contrarier davantage…

Philippe Montanier vous a-t-il livré quelques indiscrétions quant à son avenir ?

Dans la teneur de ses propos, j’ai senti qu’il allait rester au Stade Rennais. Après, je ne sais pas s’il sera prolongé ou non...