Bretagne: Le lac de Guerlédan perd les eaux

TOURISME EDF procède jusqu’en octobre à l’examen technique du barrage hydroélectrique en vidangeant totalement la retenue d’eau…

Jérôme Gicquel

— 

L'opération de vidange du barrage hydroélectrique de Guerlédan va se poursuivre jusqu'en octobre. Lancer le diaporama
L'opération de vidange du barrage hydroélectrique de Guerlédan va se poursuivre jusqu'en octobre. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Un paysage lunaire, des rives asséchées, des épaves de bateaux et tout un tas d’objets en tous genres éparpillés sur le sol. Bienvenue au lac de Guerlédan version 2015. Depuis mars et jusqu’en octobre, le spectacle s’annonce grandiose sur les rives de ce lac artificiel de 300 hectares, situé à cheval sur les départements du Morbihan et des Côtes d’Armor. Pour réaliser l’examen complet du barrage hydroélectrique de Guerlédan, EDF est en effet contraint de vidanger intégralement la retenue d’eau. La précédente opération remontait à 1985 et avait duré deux mois.

Après un abaissement progressif du lac de près de 12 mètres en mars, la vidange s’est accélérée début avril avec l’ouverture des vannes du barrage. Le plus grand lac artificiel de Bretagne sera entièrement vide à la fin du mois, les 53 millions de m3 d’eau devant être évacués dans la rivière le Blavet qui coule depuis Guerlédan jusqu’en rade de Lorient.

Des centaines de milliers de visiteurs attendus

Avant même sa mise à sec, les curieux sont déjà nombreux à se balader autour du lac pour découvrir ce paysage pour le moins surprenant. C’est le cas de Jacqueline, une retraitée britannique installée dans la petite commune voisine de Saint-Mayeux. «C’est juste incroyable comme paysage. On se croirait sur la Lune, c’est presque irréel. Nous venons toutes les semaines avec mon mari pour voir le niveau de l’eau baisser», indique-t-elle. A quelques mètres de là, les restes d’une maison éclusière en pierre refont surface après trente années passés sous l’eau.

L'opération de vidange du barrage hydroélectrique de Guerlédan va se poursuivre jusqu'en octobre. - J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

 

Si la vidange laisse apparaître quelques vestiges émouvants, elle met également au grand jour la pollution des eaux. Arpenter les rives desséchées s’apparente en effet à une vraie chasse au trésor, le visiteur zigzaguant entre des pneus de voitures, des bidons, des  bouteilles et des tambours de machines à laver. Le 14 mars, des touristes ont même ramené à la gendarmerie un pistolet automatique.

«Quand on se baigne ici, on n’imagine pas toutes les saletés qu’il y a dans l’eau», s’amuse Patrick, venu de Rostrenen avec sa femme et sa fille pour une séance de photos souvenir. Des clichés qui seront loin d’être uniques car plusieurs centaines de milliers de visiteurs sont attendus d’ici la fin de la vidange autour du lac.

La sécurité renforcée autour du site

Face à cet afflux de touristes, Pierre Lambert, préfet des Côtes d’Armor, a été contraint de renforcer la sécurité autour du site. Vendredi, les secours avaient dû hélitreuiller une femme qui avait fait une mauvaise chute. De nombreuses personnes, dont des enfants, se sont également retrouvées en difficulté ces derniers jours, coincées dans la vase.

 

La préfecture incite donc les visiteurs à «ne pas s’écarter des chemins matérialisés» et «à se souvenir que la boue est mouvante et rend les parcours difficiles et glissants». Elle rappelle aussi que le ramassage d’objets sur les berges du lac est prohibé.