Bretagne: Les défenses d'éléphant retirées de la vente aux enchères

POLEMIQUE L'association Robin des Bois était montée au créneau pour dénoncer la vente...

Camille Allain
— 
Extrait du catalogue de la vente Naturalia où étaient proposées les défenses d'éléphants.
Extrait du catalogue de la vente Naturalia où étaient proposées les défenses d'éléphants. — Hôtel des ventes Morlaix

Il n'y aura pas de défense d'éléphant à vendre ce lundi aux enchères à Morlaix. Face à la fronde de l'association Robin des Bois, le commissaire-priseur a préféré renoncer et a retiré les trois lots correspondant aux défenses d'ivoire tant convoitées et si controversées. 

La vente aux enchères Naturalia, qui aura bien lieu à 14h30, est issue de la collection personnelle d'André-Roger Dupuy. Cet amateur de chasse, aujourd'hui décédé, a également beaucoup œuvré pour la faune et la flore africaine. Nommé conservateur du parc National du Niokolo Koba, au Sénégal, il a longtemps lutté contre le braconnage dans les parcs. 

Prélevée sur un éléphant braconné

Au fil de ses voyages, l'homme a donc ramené de nombreuses pièces, dont des animaux empaillés. Ours brun, antilope, buffle, phacochère et gnou seront ainsi mis aux enchères à Morlaix. Seuls les trois lots contenant les défenses d'éléphants, importées légalement avant la convention de Washington. «Cette défense a été prélevée sur un spécimen braconné, de ce fait cette pièce a une valeur historique et scientifique car appartenant aux derniers représentants de cette population», précise le catalogue de la vente. Le commissaire-priseur a préféré «apaiser les esprits» et retiré les trois lots.

C'est la seconde fois que ses trésors sont mis en vente par sa veuve. En 2013, plus des 600 lots avaient été proposés.