Départementales: Le Parti socialiste réussit à conserver le département d'Ille-et-Vilaine

DEPARTEMENTALES

Camille Allain
— 
Le futur président du conseil général d'Ille-et-Vilaine Jean-Luc Chenut (à gauche), ici félicité par le maire de Betton Michel Gautier.
Le futur président du conseil général d'Ille-et-Vilaine Jean-Luc Chenut (à gauche), ici félicité par le maire de Betton Michel Gautier. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

On évoque souvent le bastion socialiste rennais. Le scrutin départemental l’aura encore confirmé, alors même que le parti gouvernemental a été largement secoué au plan national. Dimanche, les candidats socialistes ont remporté les six cantons de la capitale bretonne, certains binômes de gauche recueillant même plus de 60% des suffrages exprimés.

Une aide précieuse qui a largement contribué à la victoire du Parti socialiste en Ille-et-Vilaine, qui a remporté 16 cantons, contre 11 pour l’union de la droite et du centre. De quoi réjouir le futur président du conseil général Jean-Luc Chenut, qui est resté modéré à l’issue des résultats. «Il faut maintenant passer à l’action et s’attacher à désenclaver les territoires et éviter la fracture entre urbain et rural que l’on a vu se dessiner». Réservé dans sa réaction, Jean-Luc Chenut se souviendra pourtant de ce 29 mars. Elu facilement dans son canton du Rheu, le futur président fête au passage ses 55 ans.

Le maire du Rheu et vice-président de Rennes Métropole a d’ailleurs fait savoir qu’il quitterait ses mandats exécutifs prochainement.

Battue, la droite veut positiver

Pour la droite en revanche, c’est une nouvelle défaite, même si les ténors locaux du parti ont préféré positiver. «Il y a de vraies progressions de nos candidats. Nous avons fait naître une nouvelle génération et le paysage politique se renouvelle. Nous voulons créer une vraie alternative», a commenté Pierre Bretault, maire de Saint-Grégoire et leader de l’opposition à Rennes Métropole.

22 voix d’écart à Antrain

La palme du canton le plus serré revient à Antrain. Dimanche soir, deux recomptages ont été nécessaires. Au final, la droite s’impose avec 22 voix d’écart sur 13 000 votants. A noter que sur l'ensemble du département, la participation s’élève à 50%. Un chiffre similaire au premier tour.

Le FN tisse sa toile

Qualifié dans cinq duels, le Front national a été battu partout mais a tout de même flirté avec les 30% dans les cantons où il était qualifié.

Les Côtes d’Armor tombent, le Finistère reste

Dans les autres départements bretons, la surprise est venue des Côtes d’Armor où le département tombe aux mains de la droite après 40 ans de gouvernance socialiste. Malmenée dans le Finistère, la gauche a réussi à conserver les rênes du conseil général. La droite conserve logiquement le département du Morbihan.