Cesson-Rennes: Mickaël Robin rattrapé par la poisse

Handball Le gardien cessonnais s'est gravement blessé lors du Final Four de la Coupe de la Ligue...

Jeremy Goujon
— 
Mickaël Robin n'aura joué que quinze minutes lors du Final Four, au Kindarena de Rouen.
Mickaël Robin n'aura joué que quinze minutes lors du Final Four, au Kindarena de Rouen. — I. Harsin / Sipa

Après sa coupure bégnine à la main une semaine plus tôt, le gardien Mickaël Robin s’est rompu le ligament croisé antérieur du genou gauche, samedi. Ce n’est pas la première fois que le Cessonnais, dont la saison est d’ores et déjà terminée, se blesse gravement au cours de sa carrière.

D'abord les ischios...

En mai 2011, Robin, alors à Montpellier, est victime d’un (premier) accident de scooter. Bilan : une grave lésion aux ischio-jambiers de la cuisse gauche, une opération et une (très) longue absence. Le portier attendra ainsi huit mois avant de refouler les parquets.

Puis la cheville...

Convoqué au tribunal le 12 juin 2013, à la suite de l’affaire des paris relative au match Cesson-Montpellier (mai 2012), le Strasbourgeois de naissance chute de nouveau de son deux-roues… en se rendant au palais de justice. Le mauvais running gag occasionne une fracture ouverte de la malléole externe de la cheville.

Mis en examen en août, Mickaël Robin tombera encore par la suite, cette fois dans la hiérarchie du MAHB. Troisième gardien derrière Thierry Omeyer et Arnaud Siffert, il finira l’exercice 2013-2014 au FC Barcelone, avant de rejoindre le Cesson-Rennes Métropole HB.

Et enfin le genou

Bien entré dans la demi-finale de Coupe de la Ligue contre le futur lauréat nantais (quatre arrêts dont un penalty), le dernier rempart des Irréductibles quitte ses partenaires au bout de quinze minutes. Touché au genou, l’intéressé annoncera lui-même «le verdict redouté» sur son compte Twitter.

«Nous n’avons pas de chance, nous accumulons les blessures», pestait de son côté l’ailier Benoît Doré, en référence à l'absence de Romain Briffe et au forfait de dernière minute du demi-centre croate Damir Batinovic (touché au dos la veille de la demie). Pour Cesson, la vie sans Robin se poursuivra dès mercredi en LNH à Toulouse, l’autre grand malheureux du week-end...