Ille-et-Vilaine: Nicolas Sarkozy tacle la majorité socialiste sortante

DEPARTEMENTALES L’ancien président regrette l’époque où Pierre Méhaignerie dirigeait le conseil général…

Jérôme Gicquel

— 

Nicolas Sarkozy au siège de l'UMP à Paris le 22 mars 2015.
Nicolas Sarkozy au siège de l'UMP à Paris le 22 mars 2015. — WITT/SIPA

Nicolas Sarkozy s’invite dans le débat de l’entre-deux-tours en Ille-et-Vilaine. Interrogé dans les colonnes de Ouest-France sur les résultats des élections départementales, l’ancien président de la République en profite au passage pour tacler la majorité socialiste sortante dans le département. «Qu’il est bien loin le temps où Pierre Méhaignerie présidait le conseil général d’Ille-et-Vilaine, qui était cité nationalement comme exemple d’innovation. Aujourd’hui, quand on parle du conseil général socialiste d’Ille-et-Vilaine, on le cite comme exemple de gabegie et d’inefficacité», a indiqué Nicolas Sarkozy.

La majorité socialiste défend son bilan

La gestion financière du département fait d’ailleurs durant cette campagne l’objet d’attaques répétées de la droite locale, sa chef de file Isabelle Le Callennec fustigeant «une augmentation des impôts et des dépenses de fonctionnement» depuis la prise de pouvoir des socialistes en 2004.

«Ce ne sont que des mensonges. L’Ille-et-Vilaine se classe au 74e rang pour la pression fiscale et au 82e rang pour les dépenses de fonctionnement», s’emporte Jean-Louis Tourenne, président socialiste sortant. «Et cette hausse des dépenses est due pour 90% aux prestations sociales versées aux personnes âgées ou aux personnes handicapées», poursuit Jean-Luc Chenut, chef de file des socialistes pour les élections départementales.