Ille-et-Vilaine: La droite croit toujours en ses chances

DEPARTEMENTALES Si la vague bleue n’a pas eu lieu dimanche en Ille-et-Vilaine, la droite pense toujours pouvoir reprendre le département à la gauche…

Jérôme Gicquel
— 
Xavier Bertrand, entouré d'Isabelle Le Callennec et de Bertrand Plouvier, lundi 16 marsà Rennes.
Xavier Bertrand, entouré d'Isabelle Le Callennec et de Bertrand Plouvier, lundi 16 marsà Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La droite reprendra-t-elle les rênes du département que la gauche lui avait chipées en 2004? Au sortir du premier tour des élections départementales, ce scénario paraît désormais mal embarqué car la vague bleue annoncée dimanche n’a pas eu lieu. Face à une gauche «divisée et éclatée», l’union de la droite et du centre parvient tout de même à recueillir plus de 35% des suffrages exprimés sur l’ensemble du département. «On aurait aimé avoir un peu plus d’avance mais nous avons en tout cas pris position dans le département. A nous de confirmer cela dimanche prochain», indique Bertrand Plouvier, chef de file de la droite à Rennes. 

La droite retient surtout de cette soirée que le seul binôme élu au premier tour dans le département est celui de la tête de liste Isabelle Le Callennec et de Thierry Travers sur le canton de Vitré (58,53% des suffrages). «Ce binôme impulse une dynamique pour les autres candidats. Il n’y a d’ailleurs que dans deux cantons où nous serons absents dimanche soir», poursuit le secrétaire national de l’UMP.

«Les clés du département sont à Betton et à Bruz»

Selon lui, la victoire se jouera dimanche à Betton et à Bruz. Dans le premier canton, la liste PS de Michel Gautier et Claudine David ne devance que de 660 voix celle de Maxime Gallier et Corinne Clémenceau (Union de la Droite et du Centre). A Bruz, le duel se jouera entre le maire socialiste de Chartres-de-Bretagne Philippe Bonnin (38,02% des voix) et le maire UMP de Bruz Augustre Louapre (32,06%). «C’est là que sont les clés du département et elles sont à notre portée», indique Bertrand Plouvier. 

Il se félicite par ailleurs des résultats obtenus par les candidats de la droite à Rennes, où la gauche arrive en tête dans les six cantons. «Le bastion socialiste est en train de s’effriter. Dans certains cantons, il n’y a que 300 à 400 voix d’écart, rien d’insurmontable», assure-t-il. Pour fédérer leurs troupes avant dimanche, la droite et le centre organiseront jeudi un grand meeting salle de la Cité.