Ille-et-Vilaine: Délicate opération de déminage de deux bombes américaines

SÉCURITÉ Opération déminage dans l'estuaire de la Rance où se trouvent deux bombes américaines datant de la Seconde Guerre Mondiale. Un premier obus a été remonté sur la plage lundi matin...

Laure Cometti
— 
Une bombe de 500kg datant de la Seconde guerre mondiale désamorcée à Caen, le 14 février 2010.
Une bombe de 500kg datant de la Seconde guerre mondiale désamorcée à Caen, le 14 février 2010. — K. TRIBOUILLARD / AFP

Une mission de déminage placée sous très haute surveillance a débuté lundi matin en Ille-et-Vilaine. Deux bombes américaines immergées dans l’estuaire de la Rance depuis la Seconde Guerre mondiale vont être remontées et neutralisées par le Groupement de Plongeurs Démineurs (GPD) de l’Atlantique. Une quinzaine de démineurs et 300 agents d'Etat sont mobilisés lors de cette opération très délicate qui s’achèvera mercredi.

776 personnes évacuées lundi matin

Un périmètre de sécurité de 1.500 mètres autour du site de neutralisation, entre les départements des Côtes-d’Armor (22) et d’Ille-et-Vilaine (35), a été totalement évacué dès 7h30. Il comprend les communes de Saint-Suliac (35), La Ville-Es-Nonais (35), Langrolay-sur-Rance (22) et Plouër-sur-Rance (22). Au total, les autorités ont recensé 776 personnes déplacées à 9 heures. L’école est suspendue pour 90 enfants durant les journées de lundi et mardi.

Au-delà de cette ligne, présence rigoureusement interdite #deminageRance pic.twitter.com/deDUMQKnXA
— FB Armorique (@bleuarmorique) 23 Mars 2015

 

Selon la presse locale, la plupart des personnes évacuées se sont rendues chez des amis habitant dans les communes avoisinantes. À La Ville-es-Nonais, une salle a également été mise à disposition des «réfugiés». À Plouër-sur-Rance, une douzaine de résidents ont été accueillis par la protection civile. Parmi les enfants privés d’école, une dizaine d'entre eux sont accueillis dans un centre de loisirs intercommunal.

Pendant l'évacuation, la protection civile a accueilli une 12aine de personnes à Plouër. #DeminageRance pic.twitter.com/KcDER76Bna
— Thibaud Grasland (@thibaudgrasland) 23 Mars 2015

 

Deux bombes de 1 tonne chacune

Découvertes en 2010, les deux bombes d’une tonne chacune se trouvent à dix mètres de profondeur, au pied du pont Saint-Hubert. A 9h15, la plus abîmée des deux bombes a été remontée à la surface.

#DeminageRance : vue sous-marine des deux bombes actuellement dans la Rance (Copyright : Marine Nationale) pic.twitter.com/pzJq8ks9MD
— L'Etat en Bretagne (@bretagnegouv) 23 Mars 2015

 

Une première bombe remontée dès 11h

À 10h25, les démineurs ont achevé de remorquer ce premier obus jusqu’au site de neutralisation, située à 2 km de là, sur une plage située entre plage située entre Saint-Suliac et la Ville-es-Nonais. Les deux axes de circulation qui avaient été bouclés, la RN176 et la RD137, ont alors pu rouvrir. A 11h, les populations évacuées des Cotes-d’Armor ont pu regagner leur domicile. 

[#deminageRance]dispositif d'évacuation levé dans le #22 sauf chemins côtiers qui bordent la #Rance.maintien de l'évacuation pour les autres
— L'Etat en Bretagne (@bretagnegouv) 23 Mars 2015

 

La zone reste sous très haute surveillance, tandis qu'un hélicoptère de la gendarmerie nationale survole le périmètre de sécurité pendant toute l'opération de désamorçage. 

#DeminageRance L'hélicoptère de la Gendarmerie Nationale s'assure que le périmètre de sécurité est vide pic.twitter.com/wYC6WcvAyO
— L'Etat en Bretagne (@bretagnegouv) 23 Mars 2015

 

Les explosifs seront pétardés mercredi en pleine mer

La phase de désamorçage de la bombe a pu commencer à partir de 11h30. L’opération est en cours à l’heure où nous écrivons ces lignes. Afin d’être neutralisé, l'engin doit être découpé par les démineurs qui vont séparer l’ogive (contenant la charge explosive) du corps de la bombe. 

Le même procédé sera appliqué mardi à la seconde bombe. Les charges explosives seront ensuite évacuées par voie maritime mercredi avant d'êytre pétardées en pleine mer au large de Saint-Malo.

La suite de l'opération peut être suivie en direct sur le site Internet de la préfecture d’Ille-et-Vilaine ainsi que sur ses comptes Facebook et Twitter avec le hashtag #deminageRance.