Rennes: La qualité de l'air devrait s'améliorer ce week-end

POLLUTION Des masses d'air pollué stagnent au dessus de la Bretagne depuis une semaine...

Camille Allain
— 
Alerte à la pollution aux microparticules. (Illustration)
Alerte à la pollution aux microparticules. (Illustration) — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Alors qu'on évoque partout la marée du siècle, les milliers de touristes attendus sur le littoral espèrent tous humer le fameux air marin propre aux grands coefficients. Cet air iodé qui vous fait du bien et que l'on imagine pur. Oui, mais non...

Depuis une semaine, la Bretagne est sujette, comme toute la moitié nord de la France, à une pollution aux microparticules.

#Pollution:la mairie de Paris demande la #circulation alternée pour vendredi Quid de #Rennes et #Saintbrieuc ? @metropolerennes
— Rennes Ethique (@Rennesethique) March 19, 2015

En cause, les moteurs diesel et le chauffage notamment.

Du mieux espéré pour dimanche

Ces masses d'air chargé de particules fines stagnent sur la région depuis lundi, dépassant chaque jour le seuil de prévention. Les Côtes d'Armor ont même dépassé la cote d'alerte mercredi et jeudi.

Très beau nuage de pollution ce matin sur Rennes, ça donne envie de sortir.
— Tristan (@ilxipa) March 18, 2015

Une situation qui ne devrait cependant pas durer, à en croire l'association Air Breizh chargée des mesures à Rennes. «Il faut être prudent car cela dépend beaucoup de la météo. Mais la situation s'améliore de jour en jour. On devrait descente sous le seuil d'information dimanche», explique Magali Corron, directrice d'Air Breizh. Les petits coups de vent qui suffisent d'ordinaire à disperser les microparticules dans l'air n'ont pas suffi cette semaine.

«La zone touchée est très grande et surtout l'air pollué est importé d'ailleurs, il ne vient pas que de chez nous», poursuit la directrice. La Bretagne ne peut pas non plus se placer en victime. En plus du chauffage et des moteurs diesel, la région souffre en ce moment du pic d'activité agricole avec des poussières soulevées et des épandages générateurs de particules. Pour limiter les émissions, il est conseillé d'éviter de prendre sa voiture, ou tout du moins de réduire la vitesse.