Rennes: Le préfet menace d'interdire la manifestation contre les violences policières

JUSTICE Le rassemblement en marge du procès de Clichy-sous-Bois n'a pas fait l'objet d'une demande écrite...

Camille Allain
— 
Des CRS en marge d'une manifestation contre les violences policières à Rennes en décembre.
Des CRS en marge d'une manifestation contre les violences policières à Rennes en décembre. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

On ne pourra pas reprocher au préfet Patrick Strzoda de manquer de pédagogie. Lundi, le représentant de l'Etat a fait passer un communiqué à l'attention des organisateurs du rassemblement «contre les violences policières» prévu mercredi à Rennes, en marge du procès Zyed et Bouna qui a débuté lundi.

Alerté par de nombreux messages sur les réseaux sociaux, le préfet a fait savoir «qu'aucun de ces rassemblements n'a fait l'objet d'une déclaration en préfecture». Si cette obligation légale n'était pas respectée, la préfecture «se verra contrainte d'interdire ces rassemblements».

Le préfet veut un contact

Dans son communiqué, Patrick Strzoda invite donc les organisateurs «à prendre contact avec lui pour préciser les conditions dans lesquelles ces rassemblements interviendront afin que les dispositions utiles puissent être prises pour en assurer le bon déroulement». 

L'an dernier, plusieurs manifestations organisées suite à la mort du jeune militant Rémi Fraisse à Sivens avaient dégénéré à Rennes. L'une d'entre elles avait été interdite par la préfecture.