Ligue 1: Avec le Stade Rennais, plus c'est long, plus c'est bon

Football Le club breton se déplace dimanche après-midi à Lille, où il n'a plus gagné depuis presque un demi-siècle...

Jeremy Goujon

— 

Le Nigérian John Utaka avait inscrit l'un des deux buts rennais lors de l'historique victoire à Nantes, le 4 janvier 2006.
Le Nigérian John Utaka avait inscrit l'un des deux buts rennais lors de l'historique victoire à Nantes, le 4 janvier 2006. — V. David / AP / Sipa

Le Stade Rennais se rend dimanche à Lille (14 h), le bastion qui lui résiste le plus parmi les actuels clubs de Ligue 1. Les Rouge et Noir ne se sont plus imposés dans le Nord depuis le 14 mai 1966, soit pratiquement 49 ans de disette en première division. D’autres séries maudites ont jalonné l’histoire du SRFC dans l’élite. En voici le Top 5.

1) A Reims : 42 ans et quatorze jours

Une durée trompeuse, tant le nombre de Reims-Rennes entre le 3 mai 1972 et le 17 mai 2014 s’avère famélique (5). Hormis celle liée au Losc, c’est néanmoins l’attente la plus longue selon les critères définis plus haut. Cette dernière fut interrompue la saison dernière, et marquée par le but «cour d’école» de Paul-Georges Ntep.

2) A Nantes : 41 ans, un mois et treize jours

La victoire acquise le 4 janvier 2006 par l’équipe de László Bölöni valait bien une gavotte. Rennes n’avait alors jamais triomphé à la Beaujoire, puisque le précédent succès en Loire-Atlantique, daté du 22 novembre 1964, s’était produit à Malakoff (ex-Marcel-Saupin). Les buteurs Etienne Didot et John Utaka furent les héros d’un soir, pour la plus grande joie de l’actionnaire François-Henri Pinault. «C’est comme s’il avait gagné la Coupe de France», dixit l’ancien manager général Pierre Dréossi.

3) A Toulouse : 39 ans, un mois et trois jours

Sans réussite dans la Ville rose depuis le 27 septembre 1959, le Stade Rennais rompt la fatalité grâce au local de l’étape. Comme un symbole, Dominique Arribagé, l’un des joueurs les plus emblématiques du Téfécé dans les années 1990-2000, donne en effet les trois points aux Bretons, le 30 octobre 1998.

4) A Nice : 38 ans, cinq mois et vingt-trois jours

Quelques semaines avant sa première finale au Stade de France face à Guingamp, le club bretillien fait la nique à d’autres Rouge et Noir, en l’occurrence les Aiglons niçois (coachés par Frédéric Antonetti). Le score est identique à celui du 29 août 1970 (0-1), avec pour unique buteur Olivier Thomert.

5) A Metz : 33 ans, dix mois et un jour

Souvent humilié à Saint-Symphorien (on dénombre par exemple deux 6-0 et trois 6-1 dans l’historique des confrontations), le SRFC allège un peu la note en ce 18 mars 2006. Yoann Gourcuff trompe Grégory Wimbée, et offre à son escouade un premier succès en terre messine depuis le 17 mai 1972.