Rennes: Rue des Livres, un festival qui ne demande qu’à grandir

LITTERATURE Une cinquantaine d’auteurs est attendue ce week-end au parc des Gayeulles… 

Jérôme Gicquel

— 

Le festival Rue des Livres avait attiré 6.000 curieux l'an dernier.
Le festival Rue des Livres avait attiré 6.000 curieux l'an dernier. — Karine Baudot / Rue des Livres

Connu pour certains de ses festivals comme les Trans Musicales, Mythos ou Les Tombées de la Nuit, Rennes peine toutefois à se faire un nom au niveau littéraire. Un reproche qui ne froisse pas Anaïs Billaud, directrice artistique du festival Rue des Livres, qui se tient tout le week-end près du parc des Gayeulles dans le quartier de Maurepas. «On a encore pas mal de marches à franchir avant d’être reconnu au niveau national, c’est sûr. Mais ce n’est pas pour autant que l’on manque d’ambitions. Notre public vient principalement de la métropole mais nous essayons d’asseoir notre présence au niveau départemental», indique Anaïs Billaud.

Jean Teulé et Robert Goddard en têtes d’affiche

Pour sa 8e édition, Rue des Livres peut tout de même s’enorgueillir de la présence de quelques auteurs célèbres, comme Jean Teulé, Gilles Martin-Chauffier ou l’auteur britannique Robert Goddard, adulé par le maître de l’horreur Stephen King. Le casting aurait même pu être plus séduisant encore mais la marraine du festival Françoise Bourdin et l’auteur Bernard Werber, connu pour sa trilogie des Fourmis, ont dû annuler leur venue. Pas de quoi saper le moral des troupes de l’association L’Atelier Culturel de Maurepas, qui organise depuis 2008 le festival. «C’est un festival à taille humaine, convivial et beaucoup d’auteurs qui sont venus en sont repartis ravis», assure Anaïs Billaud, fière également que son festival «soit ancré dans un quartier populaire».

L’an dernier, 6.000 visiteurs avaient arpenté les allées de la salle de tennis des Gayeulles, qui accueillera pour la seconde année le festival. «On craignait un peu le déménagement l’an dernier. Le lieu n’est pas forcément le plus propice pour un festival littéraire. Mais tout s’est bien passé, le cadre est très agréable pour le public et les auteurs», confie la directrice artistique.