LNH: Cesson-Rennes doit cesser de chuter

Handball Le club bretillien demeure sur cinq défaites de suite en LNH avant d'accueillir Istres, mercredi soir...

Jeremy Goujon

— 

Le capitaine cessonnais Sylvain Hochet estime que ce sera «la guerre» contre Istres.
Le capitaine cessonnais Sylvain Hochet estime que ce sera «la guerre» contre Istres. — I. Harsin / Sipa

Le Cesson-Rennes Métropole HB reçoit mercredi la lanterne rouge de D1, Istres (20 h). L’occasion pour les Bretons, tombés à la 10e place, d’enrayer leur spirale négative.

Le changement, c’est maintenant

Sans victoire en championnat depuis plus de trois mois, les Irréductibles ont concédé le 5 mars leur 5e revers de rang, à Montpellier (36-27). «Depuis cinq matchs, on pèche sur le plan défensif», constate Sylvain Hochet. Avec 32 buts encaissés en moyenne sur la période, Cesson a de facto abandonné son leadership au classement des meilleures défenses de LNH. «On reproduit souvent les mêmes erreurs de placement et d’inattention», poursuit le capitaine. Une nouvelle tactique est donc prévue mercredi, afin que Cesson repasse sous la barre des 24 réalisations adverses.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ?

Potentiellement en course pour l’Europe début décembre, l’équipe de Yérime Sylla n’a pas pris la grosse tête, selon Hochet. «Il y a toujours une remise en question personnelle et collective. Avec les saisons galères qu’on a vécues, ça me paraît impensable de se sentir arrivés.»

La mauvaise passe actuelle s’expliquerait surtout par le départ de l’arrière gauche Dusko Celica. «Ça nous a fait mal défensivement. Déjà, contre Créteil [le 3 décembre, date du dernier succès cessonnais], on avait peiné à les battre de trois buts (26-23), alors qu’ils étaient venus amoindris. On est tombés dans une sorte d’engrenage.»

Prudence est mère de sûreté

Contre un rival provençal bien décidé à se battre jusqu’au bout, malgré sa situation précaire (six points de retard sur le premier non relégable, à neuf journées de la fin), Cesson-Rennes va devoir se méfier. «Istres est peut-être dernier, mais ils ont fait match nul à Chambéry, note ainsi Sylvain Hochet. Ils n’ont gagné qu’en déplacement, ce qui veut dire qu’ils jouent libérés à l’extérieur. Chez eux, on n’avait pas non plus gagné de dix buts (22-26). Il va falloir être très costaud, et se dire que ça va être la guerre sur le parquet.»