Bretagne: Avec Froiloc, plus personne ne devra travailler au frigo

INNOVATION Le système permet aux salariés de l’agroalimentaire de rester à température ambiante…

Camille Allain

— 

La technologie ne refroidit que le poste de travail où sont placés les aliments.
La technologie ne refroidit que le poste de travail où sont placés les aliments. — Irstea / Pôle Cristal

Ceux qui ont travaillé dans des bâtiments frigorifiques le savent. Passer sa journée dans une atmosphère proche de zéro degré n’est pas des plus agréables. La puissante industrie agroalimentaire bretonne le sait et en subit même les conséquences avec les absences répétées de ses salariés, souvent malades. L’innovation pilotée par l’entreprise Cesbron et le centre de recherche de l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea) de Rennes pourrait bien résoudre le problème.

Présentée dans le cadre du Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire, qui se tient jusqu’à mercredi à Rennes, la technologie Froiloc permet de ne «refroidir» que le produit. Ainsi, seules les mains de l’opérateur sont exposées aux températures de 2 à 5 degrés. «C’est un bon moyen de résoudre les problèmes d’absentéisme des salariés et d’améliorer leurs conditions de travail. Ils ne sont plus confrontés au froid en permanence. C’est aussi un bon argument pour faciliter le recrutement. Dans ce secteur, le travail en milieu frigorifique est un vrai frein», explique Benoît Paquet, directeur marketing de la société Cesbron.

Allonger la date limite de consommation

Testé pendant un mois dans une entreprise de transformation de charcuterie bretonne, la solution a semblé ravir les salariés. «Ils ont même dû adapter leur tenue vestimentaire. Ils avaient presque trop chaud», assure Joël Daniel, directeur régional de Cesbron en Bretagne.

Mieux, cette nouvelle chaîne du froid est aussi bien plus performante sur le plan sanitaire en proposant un air «ultra-propre». «Pour certaines entreprises, cela permet d’allonger la date limite de consommation», poursuit le directeur marketing.

Moins de consommation électrique

En recyclant l’air froid et en le diffusant en petite quantité, la solution Froiloc permet également de réduire considérablement la facture énergétique. «En Bretagne, le secteur agroalimentaire représente 40% de l’industrie, mais il consomme les deux tiers de l’énergie, notamment en électricité. On comprend vite l’enjeu», conclut Jean-Paul Perrot, membre du pôle de compétitivité Valorial.

Une nouvelle usine de transformation de poisson pourrait être équipée de cette nouvelle technologie. Ce serait la première. Mais sans doute pas la dernière.