Logement: «L’Etat ne peut pas résoudre la question seul», affirme la ministre Sylvia Pinel

INTERVIEW La ministre du Logement veut réformer les méthodes d’attribution des logements sociaux…

Camille Allain

— 

La ministre Sylvia Pinel, ici lors d'une visite à Strasbourg.
La ministre Sylvia Pinel, ici lors d'une visite à Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

La ministre du Logement Sylvia Pinel fait étape à Rennes ce lundi dans le cadre de son tour de France de la construction. Après Bordeaux, Toulouse et Montpellier, la vice-présidente du Parti radical de gauche venait s’inspirer du système d’attribution des logements sociaux dans la capitale bretonne. Un modèle «exemplaire» dont elle aimerait s’inspirer.

La méthode de scoring en place à Rennes pourrait-elle être reprise au niveau national?

C’est ce que je souhaite. Ce système d’attribution des logements sociaux par critères de priorité est exemplaire, d’autant plus qu’il est commun à toutes les communes de la métropole. Cela facilite la vie des demandeurs et apporte de la transparence. Je le présenterai au Premier ministre à l’occasion du comité interministériel du 6 mars. Ce que j’aimerais, c’est que l’on puisse créer un guichet unique qui faciliterait les démarches des demandeurs. Techniquement, ce n’est pas compliqué à mettre en place. Mais il faut que tout le monde soit d’accord.

Le système rennais a déjà été repris par la mairie de Paris. Pourquoi ne pas l’avoir déjà fait au national?

C’est une réforme qui prendra du temps. L’Etat ne peut pas résoudre la question du logement seul. Il faut une mobilisation des collectivités, des bailleurs sociaux, des investisseurs et même des ménages. Nous devons proposer une offre globale avec du logement social mais aussi de l’accession à la propriété.

Vous souhaitez également agir sur le montant des loyers ?

Aujourd’hui, le montant du loyer est fonction de la date de construction du logement. Du coup, on concentre la pauvreté dans des bâtiments et la mixité sociale est absente de certains quartiers. On se retrouve avec des immeubles avec de nombreuses familles monoparentales où personne ne travaille. Il faudrait que le loyer soit indexé sur les revenus.

Pour améliorer l’offre, faut-il relancer la construction?

Le contexte est difficile mais il est impératif que la production de logements reparte à la hausse. Ça ne sert à rien de réformer les méthodes d’attribution si nous n’avons aucune production, d’autant que c’est un secteur essentiel pour l’emploi. Ce que j’ai vu ici [à Rennes] va dans le bon sens. On trouve des architectures innovantes, des parcs au milieu des nouveaux quartiers avec du végétal et des dessertes en transports en commun. Il n’y a pas de problème de vivre ensemble. Nous voulons nous en inspirer.