Rennes: Pourquoi Paris Première s’intéresse à la Nuit de la Bretagne

TELEVISION La chaîne du groupe M6 retransmettra le spectacle en direct du Muzik Hall samedi soir…

Jérôme Gicquel

— 

La Nuit de la Bretagne avait fait étape à l'Arena de Brest le 27 décembre 2014.
La Nuit de la Bretagne avait fait étape à l'Arena de Brest le 27 décembre 2014. — BVC Organisation

Si vous ne pouvez pas vous rendre au Muzik Hall samedi soir pour la Nuit de la Bretagne, vous pourrez toujours suivre le spectacle confortablement installé dans votre fauteuil. La chaîne Paris Première retransmettra en direct l’événement à partir de 21h.

Un choix de programmation qui peut surprendre à première vue. Mais pas tant que ça au final car la chaîne du groupe M6 s’est éprise depuis plusieurs années de culture celtique et de musique bretonne. «Tout a commencé avec la Nuit de la Saint-Patrick à Bercy en 2005 que nous avons diffusé en direct. Nous avons renouvelé l’expérience quasiment tous les ans et nous avons pris le relais avec la Nuit de la Bretagne à partir de 2013», explique Fabrice Clément, directeur des opérations spéciales de la chaîne.

Près de 200.000 téléspectateurs devant leur poste

Bien lui en a pris puisque la chaîne enregistre lors des ces spectacles des pics d’audience. «On tourne à chaque fois autour de 200.000 téléspectateurs, ce qui est un très bon score pour notre case de spectacles en direct du samedi soir», reconnaît-il. Si l’audience est au rendez-vous, c’est aussi que le show est de qualité, selon le responsable de la chaîne. «C’est pour cela que nous sommes fidèles. Avec ce spectacle qui n’est ni ringard ni désuet, c’est la Bretagne qui parle à toute la France», assure Fabrice Clément.

 

Une reconnaissance du travail mené par Olivier Sévère et ses équipes de BVC Organisation. «On essaie d’offrir une palette assez large de ce qui fait la culture bretonne avec à la fois de la danse, du chant, des choses plus traditionnelles, d’autres plus rock. Et le tout est construit comme un vrai spectacle», souligne l’organisateur.