Bretagne: Harry Potter et Stephen King parlent désormais breton

CULTURE Cent classiques de la littérature mondiale doivent être traduits ces prochaines années…

Jérôme Gicquel

— 

Le catalogue de livres traduits en langue bretonne s'enrichit avec l'aide du conseil régional.
Le catalogue de livres traduits en langue bretonne s'enrichit avec l'aide du conseil régional. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Quand il ne corrige pas les fautes du dictionnaire Larousse, l’Office public de la langue bretonne est aussi chargé de traduire des grands classiques de la littérature en breton. Cela fait l’objet d’un programme lancé l’an dernier avec l’aide financière du conseil régional de Bretagne qui vise à traduire cent ouvrages en langue bretonne ces prochaines années.

Parmi les traductions récemment effectuées, Shining de Stephen King, Le Misanthrope de Molière, Harry Potter à l’école des sorciers de J.K Rowling ou Des souris et des hommes de John Steinbeck. «Il n’y a pas que des best-sellers. Cette liste de cent ouvrages est une sorte de panorama de la littérature mondiale. Nous balayons tous les genres avec du théâtre classique, des œuvres contemporaines ou de la bande-dessinée», détaille Olier ar Mogn, directeur scientifique de l’Office public de la langue bretonne.

Franz Kafka et Marjane Satrapi bientôt traduits

D’ici quelques mois, le catalogue, composé pour l’heure d’une dizaine de titres, s’enrichira avec les traductions du Procès de Franz Kafka ou de Persepolis de Marjane Satrapi. «C’est un programme qui s’inscrit dans la durée. L’objectif est d’avoir cinq à six nouveautés chaque année», précise Léna Louarn, vice-présidente du conseil régional de Bretagne en charge de la politique linguistique.

Si le programme vise à offrir aux brittophones des classiques de la littérature mondiale, il permet aussi d’aider les éditeurs et traducteurs en langue bretonne, à travers une subvention plafonnée à 5.000 euros de la part du conseil régional. «Cela permettra peut-être de favoriser la création d’œuvres originales en langue bretonne», espère Olier ar Mogn.