Stade Rennais: Landry Chauvin va reprendre en main le centre de formation

FOOTBALL L'ancien entraîneur de Nantes et Brest revient dans la capitale bretonne...

Jeremy Goujon

— 

Landry Chauvin va retrouver un club qu'il connaît bien, pour y avoir officié entre 1992 et 2007.
Landry Chauvin va retrouver un club qu'il connaît bien, pour y avoir officié entre 1992 et 2007. — E. Pol / Sipa

Le changement, c’est encore maintenant. Après avoir remplacé Frédéric Antonetti par Philippe Montanier en 2013, renommé René Ruello à la présidence du club, et revisité de fond en comble son effectif à l’orée de l’exercice 2014-2015, le Stade Rennais s’apprête de nouveau à faire peau neuve, cette fois dans le secteur qui a fait sa renommée.

Déçu par le niveau des jeunes Rouge et Noir, Montanier, investi des pleins pouvoirs sportifs en début de saison, a en effet signifié à Yannick Menu la fin de son mandat à la tête du centre de formation. Pour le remplacer, l’entraîneur de l’équipe fanion a choisi un certain Landry Chauvin. L’ancien coach de la Real Sociedad voulait un technicien ayant œuvré parmi l’élite du foot français, ce qui est le cas du Mayennais. Ce dernier, après avoir dirigé Sedan (2008-2011) et Nantes (2011-2012) en Ligue 2, a ainsi piloté le Stade Brestois en Ligue 1 durant le cru 2012-2013.

Formateur de Yoann Gourcuff et consorts

Nommé directeur du centre de formation de Caen en septembre 2014, Chauvin (46 ans) n’attendait qu’un retour au SRFC, où il a déjà officié avec bonheur par le passé (1992-2007). Il remporte par exemple la Coupe Gambardella en 2003, avec la génération dorée des Gourcuff, Briand, Bourillon et autre Faty. Ces mêmes joueurs obtiendront dans la foulée le titre de champion de France des réserves professionnelles (2004).

Les Lemoine, Kembo-Ekoko et Oniangué rééditeront cette performance en 2007, année qui voit Landry Chauvin être promu adjoint de Pierre Dréossi, alors responsable de l’équipe première. L’aventure s’achève ensuite avec l’arrivée de Guy Lacombe et son staff, en décembre 2007. 

Rennes veut retrouver son statut de n°1

Un septennat et quelque plus tard, Chauvin va donc revenir à Rennes par la grande porte. En destituant l’un des derniers «vestiges» de l’ère Dréossi (qui avait adjoint Yannick Menu à Patrick Rampillon avant son départ du club), Philippe Montanier démontre, pour sa part, qu’il a bel et bien toute la confiance de ses dirigeants, malgré les rumeurs d’un autre retour, celui de Christian Gourcuff.

Avec Chauvin, le Stade Rennais espère retrouver les sommets en termes de formation, plus atteints depuis une suprématie longue de six saisons (2006-2011).