Rennes: Cinq bonnes raisons de se rendre à Travelling

CINEMA La 26e édition se tient du 3 au 10 février dans la métropole...

Jérôme Gicquel
— 
Extrait du film «1.001 grammes» de Bent Hamer.
Extrait du film «1.001 grammes» de Bent Hamer. — DR

Moteur pour la 26e édition de Travelling ! A partir de mardi, le festival de cinéma s’envole pour Oslo et la Norvège. Pendant toute une semaine, le public pourra profiter de 90 longs métrages, dont plusieurs projetés en avant-première, et parfaire sa connaissance du pays nordique, plus connu pour ses fjords et ses rennes que pour son septième art. Alors que les températures restent très fraîches, c’est le bon moment d’aller se réchauffer dans les salles obscures.

1. Découvrir un cinéma et un pays méconnu.

Après Rio et le Brésil, Travelling met donc le cap cette année sur Oslo, capitale de la Norvège. «C’est un pays qu’on connaît peu d’un point de vue cinématographique mais aussi de manière plus générale», reconnaît Anne Le Hénaff, responsable artistique du festival. C’est pourtant «une terre d’élection pour le cinéma de genre avec beaucoup de thrillers, de films policiers, de sagas ou même de films gore», assure le nouveau directeur du festival Fabrice Bassemon. L’occasion de découvrir des cinéastes talentueux mais encore méconnus du grand public comme Bent Hammer, Eskil Vogt ou Hisham Zaman qui viendra présenter son nouveau film «Letter to the King».

2. Faire découvrir à ses enfants une sélection de courts métrages.

Un peu mis en retrait ces dernières années, le festival Travelling Junior reprend toute sa consistance cette année pour le plus grand bonheur du jeune public. Deux sélections de courts métrages seront proposées au jury d’enfants, tous âgés de 8 à 10 ans, qui remettra en fin de semaine son Elephant d’Or. Plusieurs ciné-concerts ainsi qu’une sélection de films tirés des contes populaires norvégiens et scandinaves seront également au programme de cette semaine.

3. Rencontrer la réalisatrice Marjane Satrapi.

Rendue célèbre par ses bandes-dessinées «Persepolis» ou «Poulet aux prunes», l’artiste française d’origine iranienne Marjane Satrapi est passée derrière la caméra depuis 2007. Après avoir adapté ses deux succès au cinéma, elle se lance cette fois dans la comédie policière avec son nouveau film «The Voices» qui sortira dans les salles le 11 mars. Marjane Satrapi est déjà une habituée de Travelling puisqu’elle avait été marraine du festival junior en 2004 et signé l’affiche de Travelling Téhéran en 2003.

4. Découvrir l’œuvre du graffeur Mioshe.

Parrain de Travelling Junior cette année, le graffeur rennais Mioshe aura carte blanche pour dessiner sur les vitrines des différents lieux partenaires du festival. Sa frise panoramique et évolutive proposera «un voyage à travers la Norvège et le festival», explique le directeur Fabrice Bassemon. Mioshe est actuellement en plein préparatifs sur la façade du Liberté, où sera donné le coup d’envoi du festival mardi soir.

 

5. Se trémousser sur de l’électro norvégienne.

Travelling c’est bien sûr du cinéma mais pas que. Il sera aussi question de musique, et notamment d’électro norvégienne. Pendant trois soirs, l’Ubu prendra l’accent nordique avec un plateau de Dj’s venus directement de Norvège, avec entre autres sur scène Dj of Norway ou Skatebard. Signée sur le label Riot Factory, la pianiste Therese Aune sera également en concert gratuit mercredi soir au Liberté.