Ille-et-Vilaine: Le PS bien décidé à garder les rênes du département

CANTONALES Actuel maire du Rheu, Jean-Luc Chenut conduira la liste socialiste…

Jérôme Gicquel

— 

L'hémicycle du Conseil général d'Ille-et-Vilaine, situé dans le quartier Beauregard à Rennes.
L'hémicycle du Conseil général d'Ille-et-Vilaine, situé dans le quartier Beauregard à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Deux semaines après l’UMP, c’est au tour de la gauche de dévoiler ses candidats pour les élections départementales de mars prochain. Une liste baptisée «Energies Solidaires» qui réunira le Parti socialiste et le Parti radical de gauche et qui sera conduite par Jean-Luc Chenut, actuel maire du Rheu et vice-président de Rennes Métropole en charge des finances. Seul candidat à se présenter, il a été élu jeudi soir par les militants socialistes en recueillant près de 90% des voix.

«Nous abordons cette campagne dans le prolongement de l’action conduite pendant dix ans par Jean-Louis Tourenne», a indiqué ce samedi Jean-Luc Chenut. Premier président de gauche élu à la tête du Conseil général d’Ille-et-Vilaine en 2004, Jean-Louis Tourenne avait annoncé qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat départemental en raison de son élection au poste de sénateur fin septembre 2014.

L’opposition attaque la majorité sur les finances

S’appuyant sur le bilan du président sortant, Jean-Luc Chenut promet par ailleurs «un état d’esprit offensif lors de cette campagne». «La situation financière du département est saine et nous permet d’avoir les moyens de notre ambition», a-t-il souligné. C’est d’ailleurs sur la question des finances que les critiques sont les plus virulentes. Conduite par Isabelle Le Callennec, porte-parole de l’UMP, la liste d’opposition reproche notamment à la majorité socialiste sortante une envolée des impôts et des dépenses de fonctionnement.

«Ce ne sont que des mensonges. L’Ille-et-Vilaine se classe au 74e rang pour la pression fiscale et au 82e rang pour les dépenses de fonctionnement», s’emporte Jean-Louis Tourenne. «Et cette hausse des dépenses est due pour 90% aux prestations sociales versées aux personnes âgées ou aux personnes handicapées», poursuit Jean-Luc Chenut.

Ce dernier a par ailleurs annoncé qu’il cesserait d’exercer toute fonction exécutive si la gauche venait à remporter les élections, lui offrant ainsi le fauteuil de président du Conseil général.