Ille-et-Vilaine: Les repreneurs potentiels d’AIM ont jusqu’au 12 février pour déposer leur offre

SOCIAL Les abattoirs ont été placés en redressement judiciaire le 6 janvier...

J.G. avec AFP

— 

Des camions stationnés le 2 janvier 2015 devant les abattoirs normands AIM à Antrain
Des camions stationnés le 2 janvier 2015 devant les abattoirs normands AIM à Antrain — Damien Meyer AFP

La date limite de dépôt des offres de reprise des abattoirs normands en difficulté AIM (600 salariés) a été repoussée au 12 février. Les repreneurs potentiels avaient normalement jusqu'au 29 janvier pour déposer une offre au tribunal de commerce de Coutances dans la Manche. Un élu local normand, qui a requis l'anonymat, avait précisé la semaine dernière que les sociétés de salaison Brient et Loste-Tradi étaient en discussion pour un projet commun de reprise qui apparaissait comme «le plus crédible» parmi les manifestations d'intérêt.

Il s'agit de deux concurrents bretons. Brient, basé à Mordelles en Ille-et-Vilaine, affiche un chiffre d'affaires annuel de 60 millions d'euros pour environ 350 salariés. Basé à Montfort-sur-Meu, également en Ille-et-Vilaine, Loste-Tradi réalise un chiffre d'affaires annuel de 260 millions d'euros avec 1.600 collaborateurs sur huit sites. AIM a été placé le 6 janvier en redressement judiciaire. Une nouvelle audience devant le tribunal de commerce de Coutances est prévue le 24 février.