Rennes: le président de l'université Rennes-II poussé vers la sortie

EDUCATION Le projet de fusion entre les deux universités est remis en question...

Camille Allain

— 

Le président de l'université Rennes-II Jean-Emile Gombert démissionne.
Le président de l'université Rennes-II Jean-Emile Gombert démissionne. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Jean-Emile Gombert n'est plus le président de Rennes-II. Chahuté par les négociations autour de la fusion avec Rennes-I, le conseil d'administration de Rennes-II a vu 20 de ses 28 membres démissionner ce lundi, entraînant la chute de l'équipe de direction. 

«Ce jour, à 8h30, j’ai reçu les lettres de démission, à l’issue du conseil d’administration du 30 janvier, de vingt administrateurs, puis celles de trois vice-présidents. La démission des administrateurs entraîne, à cette même date, la dissolution du conseil d’administration et du conseil académique. Elle met ainsi fin à mon mandat et à celui de mon équipe», a fait savoir Jean-Emile Gombert dans une lettre publiée ce matin

Les démissionnaires s'opposent au projet de fusion entamé avec Rennes-I.«Cela ressemblait à une absorption de Rennes-II par Rennes-I. Cela aurait eu un impact sur la qualité de formation et les conditions d'études à Rennes-II», a réagi Paul Le Damany, président de l'Unef Rennes qui fait partie des démissionnaires.

«Une crise dont il faut sortir»

Dans cette lettre, sorte de bilan de son mandat qu'il a entamé en 2011, Jean-Emile Gombert rappelle au contraire son attachement au projet de fusion qu'il décrit comme «un enjeu majeur pour le futur des arts, des lettres, des langues, des sciences humaines et sociales, une ambition pour le développement de la métropole rennaise et de la Bretagne».

Le président regrette que le processus de fusion soit «malheureusement remis en cause pour des raisons qui ont peu à voir avec ces ambitions. La question de la gouvernance de la future université de Rennes divise au sein de notre établissement. Elle est à l'origine d'une crise dont il faut sortir sans délai».