Meurtre à Rennes: Les médecins le pensaient fou, il sera jugé 16 ans après

JUSTICE Ce marin pêcheur a déjà passé dix ans dans une cellule psychiatrique...

Camille Allain

— 

La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, ici en 2014.
La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, ici en 2014. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine jugera du 9 au 13 février un marin pêcheur de 37 ans soupçonné du meurtre par étranglement d'une jeune femme dans un foyer de Rennes. Jusque là, rien d'anormal, sauf que les faits remontent à décembre 1998! Alors âgé de 21 ans, Ghislain C., petit ami de la victime, est très vite soupçonné par les enquêteurs. Placé en garde à vue, il reconnaît les faits et est placé en détention. 

Un simulateur ?

Ce n'est que quelques mois plus tard que les médecins qui ont examiné son cas estiment que «son discernement était aboli au moment des faits», l'homme souffrant de «schizophrénie paranoïde», relate Ouest-France. Il est alors interné au centre spécialisé de Saint-Avé, dans le Morbihan, dans des conditions très rudimentaires: peu de visites, peu de sorties et un seau hygiénique pour seul mobilier. Il y passera plus de dix ans.

En 2009, les experts qui se sont penchés sur son cas commencent à douter et pensent que l'homme est un simulateur. Un an plus tard, le marin est mis en examen pour assassinat et remis en liberté quelques mois plus tard. Interpellé pour des menaces sur des habitants en 2013, il a de nouveau été placé en détention. L'homme encourt la réclusion criminelle à perpétuité.