Le Mont Saint-Michel plus jamais sans sa passerelle

TOURISME Les navettes circulent pour la première sur le nouveau pont ce vendredi...

Camille Allain

— 

Vue depuis le pont-passerelle Lancer le diaporama
Vue depuis le pont-passerelle — Thomas Jouanneau / Signatures

On a beaucoup parlé du Mont Saint-Michel ces dernières années. En mal, quand les salariés du site touristique étaient en grève contre le système des navettes et les tarifs excessifs pratiqués. En mal aussi quand le maire Eric Vannier a été condamné pour prise illégale d’intérêt dans l’affaire de ces mêmes navettes. Le Mont, on en a aussi parlé en bien, quand des dizaines de milliers de curieux sont venus le voir retrouver son insularité le temps d’une grande marée. Un instant magique pour les habitués.

On a aussi beaucoup parlé du Mont Saint-Michel ces dernières semaines. Le joyau normand accueillera le départ du Tour de France en 2016 et peut-être même le pape en 2015 ! Ce vendredi, c’est un événement plus discret qui a eu lieu sur le site normand: les navettes motorisées ont circulé pour la première fois sur le nouveau pont-passerelle avec des touristes à bord. Gênées par le mauvais temps, les maringotes (voitures tractées par un cheval) attendront encore.

Destruction de la digue-route en février

Un grand jour pour ceux qui gèrent l’aménagement du site ? «Pas tant que ça. On a plus été marqués par l’ouverture du pont aux piétons et cyclistes en juillet. Aujourd’hui, on franchit une nouvelle étape», confie une membre du syndicat mixte. Comme beaucoup, elle attend avec impatience la destruction de l’historique digue-route construite en 1879 pour accéder au Mont quelque soit la marée. «On entamera la destruction au plus tard en février. On enlèvera aussi tous les parkings submersibles. Le chantier devrait être achevé pour l’été», poursuit-elle.


Il faudra ensuite la nature laisser faire son travail afin que les marées et courants désensablent les alentours du Mont, aidés par le travail du barrage sur la rivière du Couësnon. «C’était l’objectif premier de ce chantier. Avec le pont-passerelle, on pourra redonner au Mont son caractère maritime», poursuit le syndicat mixte. Les scientifiques estiment qu’il faudra dix ans pour que la baie retrouve son aspect historique.

Les touristes reviennent

Avant même la fin des travaux, on attend déjà beaucoup de monde pour profiter du spectacle des marées le 20 février et les 20 et 21 mars où des coefficients de 118/119 viendront noyer la baie. Les élus locaux espèrent profiter de ces travaux pour reconquérir le cœur des touristes, notamment étrangers, qui ne représentent aujourd’hui que 30% des visiteurs. Après une année 2012 difficile, le Mont a repris sa marche en avant et devrait dépasser en 2014 les 2,4 millions de visiteurs.