Rennes: 20 ans après, que sont devenus Billy Ze Kick et les Gamins en Folie ?

MUSIQUE La chanteuse de Mangez-moi est de retour sur scène en solo...

Camille Allain

— 

Billy Ze Kick dans son clip Mangez-moi sorti en 1994.
Billy Ze Kick dans son clip Mangez-moi sorti en 1994. — Billy Ze Kick

Mangez-moi, Jean-Mich Much ou OCB. Il y a 20 ans, la France découvrait Billy Ze Kick et les Gamins en Folie. Une bande de potes venue de Rennes qui s’est retrouvée en tête des ventes d’albums sans rien demander à personne. En 1994, le single Mangez-moi se vend à plus de 600.000 exemplaires en France, occupant la deuxième place du Top 50.

Un succès parfaitement inattendu qui a évidemment fait grincer quelques dents, certains voyant dans les paroles une incitation à la fumette. Un policier nantais ira même jusqu’à porter plainte pour «incitation à l’usage de stupéfiants» mais l’affaire débouchera sur un non lieu. Vendredi, la chanteuse du groupe pirate sera de retour sur scène, seule cette fois. L’occasion de voir ce que sont devenus ces joyeux lurons.

Billy Ze Kick : La chanteuse au crâne rasé et coiffée d’un tricorne a écrit tous les textes du groupe. Toujours installée à Rennes, Nathalie Cousin est maman depuis 2002 et a effectué quelques voyages spirituels dans le monde, bossé à droite à gauche «et gardé son esprit libertaire» comme elle nous l’a confié l’an dernier. Elle n’a jamais arrêté la musique et relance le projet Billy Ze Kick en «one girl band» qu’elle défendra vendredi soir à la Cité pour les Rockeurs ont du Coeur.

Vingt ans après, Nathalie Cousin habite toujours à Rennes. - C. Allain / APEI / 20 Minutes


Seule avec ses machines, elle chante ses nouvelles chansons qui défendent les femmes, mais aussi les anciennes. «Je suis fière de ces morceaux mais j’ai du mal à m’en défaire. J'ai essayé de faire des trucs sous un autre nom mais personne ne m'écoutait. L'humain préfère les trucs connus», explique-t-elle.

Monsieur Bing : C’était l’homme à tout faire du groupe. Mister Bing, alias Benoît Careil, est bien connu à Rennes. Après avoir longtemps travaillé dans la musique et notamment dans la production, ce militant écologiste a créé le Jardin Moderne, lieu de création. En 2013, il s’est engagé sur la liste d’Europe Ecologie Les Verts pour préparer les élections municipales. Elu à l’issue de la fusion des listes de gauche, il est aujourd’hui adjoint à la culture à la ville de Rennes.

Zebra : Celui que l’on connaît aujourd’hui comme DJ Zebra, était bassiste de Billy Ze Kick lorsque le groupe a explosé en 1994. «J’ai rencontré Nath [la chanteuse] dans une radio chrétienne à Rennes. C’est l’ANPE qui lui avait trouvé un stage là. Moi j’étais objecteur de conscience [service civil de l’époque] et on a parlé musique. Elle cherchait un bassiste et je suis arrivé juste avant que ça décolle», raconte Antoine Minne, alias Zebra. Passé par Ouï FM, le Dj s'est spécialisé dans le bootleg appelé ZebraMix. Ce fervent supporter du Stade Rennais est l’un de ceux qui a le mieux réussi dans la musique. «On n’avait rien à faire là. C’était une belle escroquerie mais c’est ça qui est beau. Il y avait de l’insouciance, rien n’était calculé. On était juste une bande de potes», raconte Zebra.

Matthieu Chedid : Le phénomène rock français -M- a gratté les cordes de sa guitare sur Billy Ze Kick. «Il jouait dans les bars avec son groupe. Pour moi, c’est l’un des meilleurs guitaristes au monde», assure Nath, la chanteuse.

Maïna : Difficile de retrouver les autres membres du groupe des années après. Maïna fait partie de ces anonymes retournés à une vie plus classique. Elle intègre le groupe comme choriste en 2005 au moment où Billy Ze Kick se reforme. «Dès que les premières notes de Mangez-moi résonnaient, c’était la folie dans le public. On était une bande de trublions, on était là pour se marrer».