Bretagne: Un insecte fait des ravages dans la forêt

NATURE Le dendroctone a déjà détruit près de 500 hectares d’épicéas...

Jérôme Gicquel

— 

Les agents de l'Office national des forêts procèdent à des reboisements à Montauban-de-Bretagne.
Les agents de l'Office national des forêts procèdent à des reboisements à Montauban-de-Bretagne. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Dans les forêts bretonnes, la guerre est déclarée contre le dendroctone. Sorte de petit scarabée, cet insecte d’origine eurosibérienne fait un ravage parmi la population d’épicéas de sitka, très présente dans la région. Repéré en 2007, le dendroctone a déjà infesté près de 500 hectares de forêt, soit un tiers de la surface d’épicéas en Bretagne. «L’insecte s’installe sous l’écorce de l’épicéa qui finit par dépérir. Les aiguilles tombent et l’arbre ne pousse plus», explique Nicolas Jannault, responsable du service forêt à l’Office National des Forêts en Bretagne.

Face à cette épidémie, les agents ont donc été contraints ces dernières années de procéder à un abattage massif des arbres contaminés. «On a quand même réussi à commercialiser le bois qui est très utilisé pour les palettes ou les cagettes de légumes», poursuit Nicolas Jannault.

Les forêts reboisées avec d’autres résineux

En se baladant dans la forêt domaniale de Montauban-de-Bretagne, le visiteur peut se rendre compte des ravages causés par le petit insecte. Cette forêt à l’ouest de Rennes a été l’une des plus touchées, comme celles de Paimpont et de Loudéac.

Pour ne pas laisser les forêts sinistrées, les agents de l’Office procèdent donc à un reboisement. A Montauban-de-Bretagne, 25.000 pousses d’arbres ont ainsi été plantées ces derniers jours. «On reste sur du résineux mais on change d’espèce avec plutôt du sapin Douglas ou du pin sylvestre», détaille Nicolas Jannault.

Quant au dendroctone qui court toujours, des solutions sont étudiées pour limiter sa prolifération, notamment l’introduction du coléoptère Rhizophagus, prédateur spécifique du dendroctone.