Rennes: Les chaussures Noël en redressement judiciaire

ECONOMIE Plus de 200 emplois sont menacés sur le site de Vitré...

Camille Allain

— 

Des chaussures de la marque Noël présentées dans une boutique rennaise.
Des chaussures de la marque Noël présentées dans une boutique rennaise. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le quotidien n’est pas très joyeux chez Noël... En cessation de paiement, la marque de chaussures basée à Vitré a été placée en redressement judiciaire ce lundi par le tribunal de commerce de Rennes. L’entreprise a six mois pour se refaire une santé financière, sous peine d’être placée en liquidation judiciaire. Une audience se tiendra en février pour faire un point d’étape.

Fondée en 1979, l’entreprise familiale emploie aujourd’hui 219 salariés sur le site de Vitré, ainsi que 60 à Pau (Pyrénées-Atlantiques). La fabrication est assurée en Tunisie par un peu moins d’un millier de personnes.

Le magasin Company Store de Noël à Vitré. - Google Maps / Street View

La police et les militaires s’en vont

Populaire dans les années 80 et 90, la marque Noël a été fragilisée par la perte de deux contrats importants ces dernières années. D’abord en 2008 avec la police nationale, puis en 2014 avec sa marque Argueyrolles, qui équipait certains militaires et représentait 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise. «Une entreprise allemande nous a été préférée», expliquait le patron Patrick Noël il y a peu au Journal de Vitré.  L’activité de fabrication de chaussures administratives et militaires a vu son chiffre d’affaires chuter de 12 millions en 2013 à 4 millions cette année.

Noël a bien essayé de se relancer notamment sur le secteur de la chaussure pour enfant où la marque est réputée, mais la nouvelle identité visuelle et les modèles un peu rétro ne suffisent pas. Vingt-deux licenciements ont déjà été annoncés par le PDG Patrick Noël.