Rennes : Les Bars en Trans prennent l’accent belge

MUSIQUE Une centaine de groupes se produira dans les bars de la ville…

Jérôme Gicquel
— 
Treize bars rennais sont partenaires du festival cette année.
Treize bars rennais sont partenaires du festival cette année. — Hélène B. / Collectif 18-55

Question musique et ambiance, il y en aura pour tous les goûts ce week-end à Rennes. Au Parc Expo dès ce soir avec la première soirée des Trans Musicales mais aussi dans les bars du centre-ville avec le coup d’envoi des Bars en Trans.

Un festival devenu au fil des ans bien plus qu’un simple off et qui sait avoir le nez fin. Feu ! Chatterton, Lilly Wood & The Prick, Christine & The Queens ou La Femme ont ainsi été découverts aux Bars en Trans ces dernières années. 

La Belgique réunifiée

Après La Réunion l'an dernier, les Bars en Trans voyageront un peu moins loin cette année avec une virée musicale chez nos voisins belges. Jusqu’à samedi, huit groupes du plat pays découvriront ainsi l'ambiance des troquets rennais avec entre autres sur scène Robbing Millions, Great Moutain Fire, Fùgù Mango et Surfing Leons.

«Cela témoignera de la scène belge au sens large avec des groupes wallons et flamands. On réunit un peu la Belgique aux Bars en Trans», s'amuse Bruno Vanthournout, co-programmateur du festival.

Un tremplin pour les locaux

Comme tous les ans, la scène locale ne sera pas oubliée, avec notamment les Rennais de Baston, Manceau, Success et Basement Project ou l'électro du brestois Falabella.

«L'idée, c'est aussi de faire connaître nos artistes dans les pays francophones avec qui nous entretenons des échanges», explique Philippe Le Breton, l'autre co-programmateur.

Ouvert à tous les courants musicaux, le festival poursuivra son exploration de la nouvelle scène hip-hop française avec la rappeuse de Nanterre Billie Brelock ou les Maubeugeois de Feini-X Crew.