Rennes: Que devient le projet immobilier géant du Pré Perché bloqué depuis des années?

URBANISME Les 360 logements sont contestés par les riverains...

Camille Allain

— 

Le terrain est à l'abandon en plein centre-ville de Rennes.
Le terrain est à l'abandon en plein centre-ville de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Par temps de pluie, on pourrait penser à une piscine géante à l’abandon. Coincé entre le Colombier et le boulevard de la Liberté, le chantier immobilier du Pré Perché fait peine à voir. Le projet du Crédit Agricole d’y construire 360 logements demeure, mais les recours en justice bloquent l’avancée du chantier.

Il y a quelques années encore, le terrain abritait la caisse régionale de la banque. Après le déménagement de ses agents à la Courrouze en 2010, le Crédit Agricole avait fait le choix de démolir ses locaux pour y reconstruire plus de 300 logements, dont un quart en accession aidée. La ville y était favorable et avait même modifié son plan local d’urbanisme (PLU) pour permettre la construction d’immeubles de plus de dix étages.

Le visuel du projet réalisé par l'agence Spectrum - Spectrum

Les riverains attaquent le projet en justice

Craignant de voir débarquer 1.000 nouveaux arrivants dans un secteur déjà densément peuplé, les habitants du quartier ont alors contesté le PLU et le permis de construire devant le tribunal administratif. «Mes clients considèrent que ce projet est démesuré par rapport au quartier. La densification engendre un effet d’écrasement, d’autant que l’accès se fera par les seules rues de Chicogné et du Pré Perché. Elles sont déjà toutes petites», insiste Me Collet, avocat qui défend les habitants. Déboutés en première instance, ils ont décidé de faire appel.

Alors que la livraison des premiers logements était annoncée pour 2013, le chantier est aujourd’hui au point mort. L’appel n’étant pas suspensif, le Crédit Agricole aurait pourtant pu lancer les travaux. «Nous avons fait le choix d’attendre et de nous conformer aux décisions du tribunal», explique David Conas, directeur de l’agence Crédit Agricole Immobilier de Rennes.

Des barrières ont été érigées tout autour du terrain. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Pas de décision avant début 2016

La société bancaire est donc suspendue à la décision de la cour administrative d’appel de Nantes. Si la conformité du PLU devrait être examinée au premier trimestre 2015, il faudra attendre début 2016 avant de connaître la validité ou non des permis de construire. «Aucune démarche commerciale n’a été engagée donc personne n’est pénalisé. Mais il y a un vrai besoin de logements en centre-ville et c’est dommage de voir ce projet en sommeil. Nous avons tous les jours des demandes pour ce chantier», assure David Conas. Il va encore falloir patienter.