Montanier a de quoi être satisfait.
Montanier a de quoi être satisfait. — P. Minier / Ouest Media / Sipa

Rennes

Des chiffres très parlants

football Le Stade Rennais est désormais invaincu depuis deux mois

Vainqueur à Guingamp (0-1), samedi, le Stade Rennais a bouclé de manière idéale son triptyque de derbys (nul à Nantes et succès contre Lorient). Trois nouveaux points qui s'ajoutent à d'autres satisfactions mathématiques.

Un. Comme le nombre de buts encaissés sur les six dernières journées de Ligue 1. Depuis son passage à vide de septembre (3-0 à Marseille, 0-3 face à Toulouse, 2-1 à Bordeaux), la défense rouge et noire a bien resserré les boulons. Il aura fallu l'aide involontaire de Sylvain Armand (csc à Nantes) pour voir un adversaire tromper la vigilance de Benoît Costil…

Deux. Comme deux victoires d'affilée en L1, une première cette saison. En s'imposant au Roudourou, le SRFC a joint l'utile à l'agréable. «Le passé ne décide pas du présent, mais cette victoire fait plaisir à nos supporters, déclare le coach Philippe Montanier. Ce succès est surtout important pour le championnat. Quand on peut conjuguer les deux, c'est parfait.»

Cinq. Comme le nombre de réalisations de Paul-Georges Ntep. Encore décisif (buteur à la 36e minute), l'ex-Auxerrois a conforté son leadership au classement des goleadors rennais. « L'essentiel est d'avoir gagné à onze », estime l'intéressé. Dont le duel avec le Guingampais Angoua a failli dégénérer. «C'était tendu en fin de première mi-temps sur mon côté. Je peux me laisser emporter, mais je travaille sur cet aspect.»

Sept. Comme le nombre de matchs sans défaite, toutes compétitions confondues. Soit le meilleur cycle de l'ère Montanier (les Bretilliens s'étaient arrêtés à six en début d'année). «On voulait poursuivre la série, affirme l'entraîneur. C'est un bon bilan comptable.» Nanti de vingt-deux unités, Rennes n'en comptait que dix-huit au même stade, en 2013-2014.

■ Toivonen a rejoué

Titulaire à Guingamp, Ola Toivonen a disputé 64 minutes avant d'être remplacé par Habibou. A l'origine du but de Ntep, le Suédois n'était plus apparu sur un terrain depuis le 9 octobre (blessé en sélection).