Gilles Lamiré veut régler la mire

Camille Allain

— 

A quelques jours de prendre le départ de sa troisième Route du Rhum, Gilles Lamiré a l'esprit tranquille. Le skipper de Cancale prend le temps d'échanger avec le public, invitant des visiteurs sur son trimaran pour leur expliquer comment se passe la vie à bord. Expérimenté, le navigateur se montre très décontracté à l'heure de baptiser son bateau. « Ça ne m'empêche pas d'être ambitieux », tempère d'emblée le Cancalais. « Le bateau marche très bien, je me sens vraiment bien à bord. Je ne fais peut-être pas partie des favoris, mais il faudra compter sur moi », poursuit Gilles Lamiré. Engagé dans la catégorie Multi 50, le navigateur peut nourrir des ambitions. Derrière les nouvelles couleurs de son trimaran Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération se cache en fait l'ancien Prince de Bretagne avec lequel Lionel Lemonchois a remporté la dernière édition de la course transatlantique en 2010. « Avec ce bateau, j'ai fait troisième pour ma première participation à la Transat Jacques-Vabre. C'est encourageant. »

Rapprocher les deux villes


Avec un budget dépassant les 350 000 €, le skipper est loin des favoris de sa catégorie mais il aura à cœur de faire briller les couleurs de son territoire. « Rennes et Saint-Malo, ce ne sont pas juste des sponsors. C'est chez moi, c'est mon territoire. Ce n'est pas par hasard que j'ai choisi cet emplacement ». Garé à l'angle du quai Saint-Vincent, son trimaran est bien visible pour les centaines de milliers de visiteurs attendus. « Pour moi, ça doit être un moyen de développer l'économie du coin. Si je peux participer au rapprochement des deux villes et faire émerger des projets, j'en serai très heureux », explique le skipper. Objectif : boucler la traversée en quinze jours.

■ France Info met son studio sur l'eau

Installé depuis samedi à Saint-Malo, le studio de France Info va déménager à l'occasion du départ de la Route du Rhum. Dimanche de 13 h à 15 h, l'animatrice Catherine Pottier et ses invités suivront le départ en direct et en pleine mer, sur un bateau spécialement aménagé en studio. A noter que jusqu'à samedi, petits et grands peuvent venir s'essayer au micro de la radio pour présenter le journal en conditions réelles.