Dibab veut entendre les habitants

— 
Le collectif s'est créé à l'issue 
de la manifestation en juin à Nantes.
Le collectif s'est créé à l'issue de la manifestation en juin à Nantes. — F. Elsner / 20 Minutes


Un militant écossais, un député catalan et un spécialiste de la question basque. Samedi*, les militants de la réunification de la Bretagne historique seront à l'écoute de leurs homologues européens à l'occasion du lancement de la plate-forme Dibab « Décidez la Bretagne ». Ce collectif, tout juste créé, espère convaincre les maires d'organiser des référendums dans leur commune afin de connaître le point de vue des habitants sur la réunification. « Le seul endroit en France où il y a des gens qui se mobilisent c'est la Bretagne. Et ce serait la seule région qui resterait inchangée ? La population doit pouvoir se prononcer », explique Jonathan Guillaume, porte-parole de Dibab. 



Premier vote fin novembre



Contrairement aux « bonnets rouges », le collectif ne propose pas de mobilisation dans la rue ou de rassemblements. « On veut plutôt inciter les gens à dire ce qu'ils pensent démocratiquement, y compris ceux qui sont contre », poursuit le porte-parole. Dibab a d'ailleurs convaincu le maire de Saint-Viaud (Loire-Atlantique) de consulter les habitants le 30 novembre afin de connaître leur sentiment sur la réunification. « Il nous l'avait promis lors de la campagne des municipales et il tient son engagement. D'autres communes vont bientôt faire de même », assure Dibab. C. A.