Ar Furlukin cherche des radis pour sa sculpture

Jérôme Gicquel

— 

Pour faire pousser son radis géant, Ar Furlukin a besoin d'argent.
Pour faire pousser son radis géant, Ar Furlukin a besoin d'argent. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

«Van Gogh peignait des tournesols, Cézanne des pommes, moi je peins des radis. » Autoproclamé « spécialiste mondial du radis » depuis près de 35 ans, Ar Furlukin n'en finit pas de semer son légume fétiche aux quatre coins de la ville. Après avoir repeint la tour de la Sécurité sociale ou transformé le parvis de la gare en champ de radis, l'artiste rennais s'attaque au centre-ville. Au printemps, Ar Furlukin installera, avec l'accord de la mairie, un radis géant de 6 m de large et de 8 m de haut square Joseph Loth, juste à côté du musée des Beaux-arts de Rennes.

En mosaïque


Une réplique miniature de l'œuvre est déjà visible à quelques mètres de là, dans la cour du lycée Emile Zola. « C'est de l'art contemporain avec une touche d'humour. A chaque fois dans mon travail, l'objectif est de faire sourire les gens », souligne le peintre et sculpteur. Avec cette œuvre monumentale en mosaïque baptisée « Nos racines sont...», Ar Furlukin entend aussi rendre hommage au célèbre artiste rennais Odorico, qui a notamment décoré l'intérieur de la piscine Saint-Georges. Pour mener à bien son projet évalué à 120 000 €, Ar Furlukin cherche désormais des financements auprès des entreprises et des particuliers. « Chaque ville a besoin de lieux qui focalisent l'attention. Peut-être qu'un jour les gens viendront à Rennes pour voir le radis géant », précise l'artiste, qui a déjà réuni près d'un tiers du budget. « Pour que le radis pousse, il va falloir l'arroser ! », sourit-il.

■ Financer l'œuvre

Ar Furlukin a lancé un appel au financement participatif via la plateforme Ulule. L' objectif est de réunir 8 000 €. Le donateur recevra en échange des radis collector.